Dossier

Cet article est issu du dossier «Agroalimentaire : la stratégie de Seabord pour rester numéro 1»

Voir tout le sommaire
Agroalimentaire

Agroalimentaire : pourquoi Forafric a échoué à racheter les Grands Moulins de Dakar et d’Abidjan ?

Réservé aux abonnés | | Par
Les origines de Forafric remontent à 1943 avec la création de Comptoir d’Afrique du Nord.

Les origines de Forafric remontent à 1943 avec la création de Comptoir d'Afrique du Nord. © DR

La société marocaine Forafric était intéressée début 2017 par le rachat des Grands Moulins de Dakar, des Grands Moulins d’Abidjan et de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS) détenus par le groupe Mimran. Une transaction qui ne s’est finalement jamais faite. Explications.

En janvier 2017, un an tout juste après l’acquisition de son concurrent et compatriote Tria, le minotier marocain Forafric, soutenu par son actionnaire financier Ycap, annonce être en discussion avec le groupe Mimran pour le rachat des Grands Moulins de Dakar, des Grands Moulins d’Abidjan et de la Compagnie sucrière sénégalaise (CSS). Une information jamais confirmée officiellement par Jean-Claude Mimran. Les chiffres qui courent alors font état d’une opération qui frôle le milliard d’euros.

L’idée de Forafric, dont le chiffre d’affaires avoisine les 190 millions d’euros, serait en fait de revendre CSS pour financer l’achat des Grands Moulins. Un tour de passe-passe qui doit lui permettre de s’endetter plus facilement. Une belle idée finalement trop ambitieuse, car jamais Forafric n’obtiendra les financements nécessaires

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer