Livres

Littérature : Kossi Efoui  livre un nouveau cantique engagé

L'auteur togolais Kossi Efoui. © DR / Astrid Di Crollalanza/Seuil

Avec « Cantique de l'acacia », le dramaturge togolais Kossi Efoui se libère des codes d'écriture pour livrer une oeuvre toute en circonvolutions. Le texte d'un artiste libre.

Les livres de Kossi Efoui ne sont pas faits pour être lus : ils doivent être chantés, récités, déclamés, murmurés ou hurlés à tue-tête. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, au-delà des assonances et des allitérations, son nouveau roman s’intitule Cantique de l’acacia. Il s’agit bel et bien d’un cantique, même si l’on ne saurait le rattacher à une quelconque religion révélée.

La langue du dramaturge togolais, Kossi Efoui enveloppe, envoûte et se développe selon une logique qui lui est propre ; il faut se laisser emporter et transporter, ne pas chercher à s’agripper à ces points de repère que sont les dates et les lieux. Libéré du diktat de la chronologie, cette épuisante invention occidentale, le récit fait fi du présent comme du passé, bondissant d’un personnage à un autre, d’un endroit à un autre, d’une parole à une autre.

« Car tout événement vient au monde par deux chemins : le chemin de l’aller qui est celui des faits, et le chemin du retour, où les faits se transforment en mots, chansons, paraboles, contes, devinettes, proverbes, prophéties, mythes », écrit le natif du golfe de Guinée.

L’écrivain kényan Ngugi wa Thiong’o appelait à « décoloniser l’esprit » : en imposant au récit les multiples circonvolutions de son chant, Kossi Efoui est sans doute le seul écrivain de sa génération à y parvenir, un peu comme le fit en 1965 le poète acholi Okot p’Bitek avec Wer pa Lawino (La Chanson de Lawino). Mais tandis que ce dernier écrivait dans sa langue, Efoui dompte celle de l’ex-colonisateur. Précieux butin de guerre…

Artiste libre

Joyce, Grace, Io-Anna, Sunday, Saraguèye, Noaga et Naoga, Silvano et tous les autres personnages de Cantique de l’acacia sont les porteurs d’histoires individuelles qui, reliées les unes aux autres, tissent la toile d’une histoire plus vaste, laquelle semble bien être celle d’une région du monde nommée Afrique.

Engagé depuis ses tout premiers écrits, constant dans ses combats, Kossi Efoui est aussi un auteur poético-politique armé jusqu’aux dents d’un humour corrosif. La preuve : « Et maintenant la scène finale telle qu’elle fut bâclée un certain jour de l’an 2021 du calendrier de cette histoire : la momie du patriarche fondateur exhibée, c’est‑à-dire promenée dans les rues attachée à un char : un baroud du déshonneur agrémenté de jets de pierres par la foule qui soldait ses querelles avec une dynastie qui n’aura pas su compter jusqu’à trois. »

La chanson qui se donne ici à attendre n’est pas celle d’un griot égrenant les louanges d’un chef, c’est celle d’un artiste libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte