Dossier

Cet article est issu du dossier «Sénégal : les trublions de la République»

Voir tout le sommaire
Politique

Sénégal – Les trublions de la République : Makaïla Nguebla et Kemi Seba, ces étrangers qui dérangent

L’opposant tchadien, Makaïla Nguebla, est suivi par plus de 6 400 personnes sur Twitter, 4 300 sur Facebook. © Choupas Cyrille pour JA

Comme si les trublions sénégalais ne suffisaient pas, quelques étrangers viennent régulièrement ajouter leur piment au yassa national… à leurs risques et périls !

En 2005, le blogueur et opposant tchadien Makaïla Nguebla trouve refuge au Sénégal. Sous le règne d’Abdoulaye Wade, il y reconstruit sa vie, même si jamais il n’obtient le statut de réfugié politique auquel il aspire. Mais, en 2012, la pression s’accentue : « J’ai été convoqué une première fois par la DST, qui m’a interrogé sur mon statut administratif, mon parcours, mes fréquentations. »

Le 6 mai 2013, le ministre tchadien de la Justice arrive à Dakar, où se tiendra deux ans plus tard le procès de l’ancien président Hissène Habré. « On m’a fait comprendre que mon cas serait sans doute évoqué en haut lieu », relate le blogueur, dont les critiques à l’égard du régime tchadien ne s’embarrassent pas de nuances. Dès le lendemain, Nguebla est expulsé vers la Guinée, puis gagne la France, où il a depuis refait sa vie. 

Le cas Kemi Seba

En 2017, le Franco-Béninois Kemi Seba connaît une mésaventure similaire. Installé à Dakar depuis 2011, après avoir alimenté la controverse en France, il est devenu un polémiste prisé dans une émission de télévision à forte audience. « Certaines personnes proches du pouvoir comme de l’opposition me félicitaient alors pour mes interventions », résume-t-il.

Mais, à partir de 2017, son engagement dans le front anti-franc CFA change la donne. Après avoir brûlé symboliquement en public un billet de 5 000 F CFA à Dakar, en août 2017, il est incarcéré, puis jugé, relaxé et bientôt expulsé du Sénégal. « Quand je suis passé de la critique télévisuelle à la critique de terrain, en touchant la corde sensible du CFA, les autorités sénégalaises ont “pété un câble”, au risque de passer pour des vassaux du néocolonialisme. »

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte