Elections
Paul Biya en compagnie de son épouse Chantal, saluent la population après avoir effectué le vote lors de l’élection présidentielle dans le bureau de vote de l’école publique du quartier de Bastos, à Yaoundé, au Cameroun, le 9 octobre 2011. © JA

Cet article est issu du dossier

Présidentielle au Cameroun : les candidats (secrets) à la succession de Paul Biya

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle au cameroun : influents prisonniers politiques

Depuis leurs lieux de détention respectifs, les prisonniers politiques de Paul Biya n’ont pas perdu espoir d’influencer le cours des événements.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 décembre 2017 à 10:49

Marafa Hamidou Yaya est encore en prison. © Jean750001/Wikimedia Commons

Marafa Hamidou Yaya, prédécesseur de René Emmanuel Sadi au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, est toujours membre du bureau politique du RDPC, dont il n’a jamais démissionné. Entretenant tant bien que mal ses réseaux dans les milieux industriels et diplomatiques, il a un temps fait passer des messages par l’intermédiaire de son fidèle lieutenant, Hamadou Sali, député de Bogo.

Récemment, il a également reçu Akere Muna, candidat à l’élection présidentielle de 2018, dans sa cellule du secrétariat d’État à la Défense (SED).

Jean-Marie Atangana Mebara ne bénéficie en revanche pas de la même influence. Mais l’ancien secrétaire général de la présidence garde ses contacts avec ses anciens obligés au palais d’Etoudi, au sein du clergé catholique ou dans le monde du renseignement.