Elections
Paul Biya en compagnie de son épouse Chantal, saluent la population après avoir effectué le vote lors de l’élection présidentielle dans le bureau de vote de l’école publique du quartier de Bastos, à Yaoundé, au Cameroun, le 9 octobre 2011.

Cet article est issu du dossier

Présidentielle au Cameroun : les candidats (secrets) à la succession de Paul Biya

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle au Cameroun : Louis-Paul Motaze, le « Monsieur Économie »

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 décembre 2017 à 10:51

Louis-Paul Motaze, ministre camerounais de l’Économie. © DR

Passé par la Camair et la Caisse nationale de prévoyance sociale, Louis-Paul Motaze, technocrate diplômé de l’École nationale d’administration et de magistrature s’entretient avec le président camerounais Paul Biya sur toutes les questions relatives aux orientations économiques du Cameroun, de la construction de barrages au port de Kribi.

Depuis 2015, Louis-Paul Motaze est ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, un poste qu’il avait déjà occupé de 2007 à 2011, avant un interlude à la primature, où il avait été chargé de lancer les grands chantiers aux côtés de Philémon Yang.

Bulu du Dja-et-Lobo, le département d’origine du chef de l’État, où il exerce la coordination régionale du RDPC, il est le neveu de Jeanne-Irène Biya, l’ex-première dame. Il a par ailleurs l’avantage d’être marié à une native de l’Extrême-Nord, ce qui pourrait lui permettre de rassembler largement dans l’optique d’une succession.

À 58 ans, il place ses pions dans les arcanes du pouvoir, et beaucoup le considèrent comme l’« interlocuteur du futur ». Il est notamment proche des Kotokos, à l’instar du général Ahmed Mahamat et de son ami d’enfance, le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi.