Politique

Quand Macron « oublie » Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Emmanuel Macron, dans une école de Ouagadougou, après son « grand oral » à l’université, le 28 novembre 2017.

Emmanuel Macron, dans une école de Ouagadougou, après son "grand oral" à l'université, le 28 novembre 2017. © Ahmed Yempabou Ouoba/AP/SIPA

Le président français semble avoir « mis de côté » l’organisation mondiale de la francophonie. Depuis la prise de fonction d’Emmanuel Macron à la tête de la France, l’institut est très peu sollicité lors de la réalisation, de différents projets en rapport avec la Francophonie.

Lors de son discours, le 28 novembre, à l’université de Ouagadougou, Emmanuel Macron a longuement évoqué la place de la langue française en Afrique, sans jamais citer l’OIF ni sa secrétaire générale, Michaëlle Jean.

Il a par ailleurs demandé à Leïla Slimani, sa représentante personnelle pour la francophonie, de réaliser de concert avec l’Académie française un « dictionnaire de la francophonie », alors que l’OIF a une directrice « Langue française, culture et diversité », Youma Fall.

Et il a également sollicité l’écrivain congolais Alain Mabanckou pour travailler sur un projet destiné à relancer la francophonie. En outre, seul le recteur de l’Agence universitaire de la francophonie, Jean-Paul Gaudemar, a été invité à se joindre à la délégation présidentielle. Selon nos sources, Michaëlle Jean, « furieuse », s’en est plainte auprès des équipes de l’OIF.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte