Banque

Banque franco-tunisienne : angoisse des autorités face aux chiffres annoncés

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Bureaux de Banque franco-tunisienne (BFT).

Bureaux de Banque franco-tunisienne (BFT). © Ashoola/CC/WikimediaCommons

Alors que le Cirdi a confirmé la responsabilité de l’État tunisien dans l’expropriation illégale d’ABCI Investments, ex-actionnaire de la Banque franco-tunisienne (BFT), et qu’il doit déterminer le montant des pénalités, l’inquiétude des autorités ne cesse de croître.

On évoque en effet la somme, colossale, de 400 millions de dollars. Selon nos sources, l’équipe de Youssef Chahed, le chef du gouvernement, consulte banquiers et juristes, dont le magistrat Farhat Horchani, qui fut ministre de la Justice. Cette équipe a envisagé d’appeler d’autres avocats en renfort du cabinet britannique Herbert Smith pour établir une contre-expertise financière. L’Arab Tunisian Bank aurait été choisie comme référence.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer