Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : le prix de la liberté»

Voir tout le sommaire
Politique

Chers Tunisiens, un peu d’économie, s’il vous plaît !

Réservé aux abonnés | |
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h11

Par  Alain Faujas

Alain Faujas est spécialisé en macro-économie.

Manifestation contre le projet de loi de réconciliation, à Tunis le 12 septembre 2016

Manifestation contre le projet de loi de réconciliation, à Tunis le 12 septembre 2016 © Riadh Dridi/AP/SIPA

La Tunisie tourne-t-elle en rond ? Le pays accuse une croissance en berne, un chômage en hausse, et les inégalités sociales tardent à se résorber.

Chers amis tunisiens,

Le monde entier vous a admirés. La façon dont vous avez su réaliser votre Printemps – le seul digne de ce nom dans le monde arabe – contre la dictature, la bêtise et la prédation a été exemplaire.

Vous avez su éviter les pièges de la guerre civile. Vous avez protégé vos acquis sociétaux. Vous avez su composer avec vos nombreuses forces sociales, politiques, religieuses et trouver un équilibre entre la modernité et les angoisses conservatrices. Votre classe moyenne est un vrai gage de stabilité. Vos islamistes ont, pour l’instant, su mettre de l’eau dans leur thé très amer.

Seulement voilà, vous tournez en rond. Votre croissance est aux abonnés absents. Le chômage de vos jeunes diplômés est intense. Le désespoir de vos compatriotes de l’Est et du Sud ne faiblit pas.

Et malheureusement vos politiques ne pensent qu’à se faire des crocs-en-jambe pour gagner l’élection d’après. La paralysie qui en résulte entrave votre indispensable lutte anticorruption, la remise à niveau de vos entreprises publiques, qui prennent l’eau, la maîtrise de votre fonction publique, pléthorique.

Ne gâchez pas vos atouts et vos talents. C’est un prix Nobel du développement qu’il faut désormais viser

Savez-vous que vos retraites, si vous en avez, sont menacées et que votre système de protection sociale est en péril ? Que vous consommez plus que vous ne produisez ? Que vous allez avoir du mal, dans un avenir pas si lointain, à rembourser vos dettes au reste du monde ?

Il est temps de vous mettre à la rationalité. Un peu d’économie, s’il vous plaît ! Vous vivez au-dessus de vos moyens. Trop de vos entrepreneurs se complaisent dans l’informel. Votre syndicat préféré a du mal à résister aux tentations du toujours plus, relativement aux capacités de votre pays. La pratique des grèves enfle dangereusement.

Ne gâchez pas vos atouts et vos talents. C’est un prix Nobel du développement que vos forces économiques, sociales et politiques devraient viser désormais. Ce sera un peu douloureux, mais personne ne peut le faire à votre place. La confiance, cela se mérite.

Ne croyez pas que les menaces terroristes qui pèsent sur votre démocratie encore fragile vous vaudront une pluie d’euros et de dollars. Les promesses répétées de dons qui vous ont été faites ne seront tenues que lentement et parcimonieusement si vous ne balayez pas devant votre porte.

Aidez-vous et le Ciel vous aidera.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte