Justice

Bombardement de Bouaké : bientôt un procès à Paris ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 20h10
Un des Sukhoi-25 détruits par les Français en représailles au bombardement de Bouaké.

Un des Sukhoi-25 détruits par les Français en représailles au bombardement de Bouaké. © PASCAL GUYOT/AFP

Chargée de l’enquête française sur le bombardement de Bouaké, qui fit 10 morts et 33 blessés en novembre 2004, la juge d’instruction Sabine Khéris a clos fin septembre l’instruction ouverte il y a douze ans.

Cette décision pourrait déboucher sur un procès par contumace des pilotes biélorusses devant la cour d’assises de Paris. « Il faut que le procureur général émette un réquisitoire définitif et qu’une nouvelle ordonnance de renvoi soit prise. Ce qui pourrait prendre des années », précise Me Jean Balan, l’avocat des parties civiles. Fin octobre, ce dernier a envoyé un long courrier aux parlementaires français pour attirer leur attention sur ce qu’il estime être une « manipulation française ».

Cour de justice de la République

Me Balan espère ainsi pousser Jean-Claude Marin, le procureur général près la Cour de cassation, à se prononcer sur la demande de renvoi devant la Cour de justice de la République des anciens ministres Michèle Alliot-Marie (Défense), Dominique de Villepin (Intérieur) et Michel Barnier (Affaires étrangères), en fonction au moment des faits et soupçonnés d’entrave à l’enquête. Une demande restée sans réponse depuis février 2016.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer