Politique

UA-UE : une facture qui atteint des sommets

Les chefs d'État africains lors du sommet de l'UA, à Addis-Abeba, en Ethiopie, le 30 janvier 2017.

Les chefs d'État africains lors du sommet de l'UA, à Addis-Abeba, en Ethiopie, le 30 janvier 2017. © Mulugeta Ayene/AP/SIPA

Évaluée il y a six mois à 11,5 millions d’euros, la facture du sommet UA-UE, qui se tiendra les 29 et 30 novembre à Abidjan, a quasi doublé.

La présidence ivoirienne affirme désormais à ses interlocuteurs qu’elle s’élèvera à 22 millions d’euros. Alors qu’il est d’usage que le pays hôte d’un sommet assume plus de la moitié des dépenses d’organisation, Alassane Ouattara ne souhaite contribuer qu’à hauteur de 8 millions.

À l’UE, qui a déjà promis 3,2 millions d’euros, il a demandé 2,8 millions supplémentaires. La France a été mise à contribution à hauteur de 4,5 millions en matériel de sécurité (gilets pare-balles, drones, véhicules), qui restera à Abidjan après le sommet.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte