Dossier

Cet article est issu du dossier «L'Afrique à la conquête de l'espace»

Voir tout le sommaire
Sciences

Sarah Anyang Agbor, la « Madame Espace » de l’Union Africaine

La commissaire Sarah Anyang Agbor de l'Union Africaine, à la Comission européenne, le 19 octobre 2017. © Capture d'écran Twitter

Le 30 juin 2017, la Camerounaise Sarah Anyang Agbor a été élue commissaire de l’Union africaine chargée des ressources humaines, de la science et de la technologie.

C’est sa commission qui suit pour l’organisation panafricaine le groupe de travail mis en place en 2010 lors de la conférence des ministres chargés de la science et de la technologie (Amcost), dont l’objectif est de développer la politique et la stratégie spatiales de l’Afrique.

Jusque-là, elle était vice-recteur de l’université de Bamenda, spécialisée dans l’étude des sciences et des technologies. La commissaire de 48 ans y était principalement chargée, depuis 2015, du secteur de la recherche mais aussi de la coopération et des relations avec les entreprises. Entre 2009 et 2016, elle a enseigné dans les universités de Yaoundé et de Maroua.

Création d’une Agence spatiale africaine

Au sein de la commission, elle est appuyée par le directeur de la division des sciences et techniques, le Burkinabè Mahama Ouedraogo, et a pour mission de mettre en place des projets autour de la technologie, de l’énergie et des infrastructures sur et pour le continent. Parmi les projets en cours dans le cadre du programme spatial de l’UA (établi en 2016 pour l’Agenda 2063) : la création d’un Institut panafricain des sciences spatiales, en Afrique du Sud, et d’une Agence spatiale africaine, pour laquelle l’Égypte s’est portée candidate.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte