Dossier

Cet article est issu du dossier «Belgique - RDC : que reste-t-il de la Belgafrique ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Belgafrique : de Lumumba au Katanga, la justice belge préserve ses derniers secrets

Réservé aux abonnés | | Par
Patrice Lumumba (1925-1961), Premier ministre de la Republique du Congo de juin à septembre 1960, militant nationaliste, l’une des principales figures de l’Indépendance du Congo. Portrait, 1960, Congo-Léopoldville.

Patrice Lumumba (1925-1961), Premier ministre de la Republique du Congo de juin à septembre 1960, militant nationaliste, l’une des principales figures de l’Indépendance du Congo. Portrait, 1960, Congo-Léopoldville. © Archives JA

la justice belge refuse de déclassifier l’ensemble des archives concernant le meurtre de Patrice Lumumba, tout comme elle freine l’avancée de l’enquête sur le crash du secrétaire général de l’ONU au Katanga en 1961.

Six ans après la saisine de la justice belge par la famille de Patrice Lumumba, premier Premier ministre congolais, assassiné en 1961, l’instruction est au point mort. Dix Belges étaient visés – quatre sont décédés depuis –, dont Étienne Davignon, 85 ans.

Le royaume refuse de déclassifier toutes les archives liées au dossier. Comme celles se rapportant au crash, mi-septembre 1961, de l’avion de Dag Hammarskjöld, secrétaire général de l’ONU, près de Ndola, pendant la crise du Katanga.

Un nouveau rapport d’enquête des Nations unies écarte la thèse de l’accident. Résultat : l’ombre de la Belgique continue de planer sur ces deux affaires.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte