Sécurité

Maroc : ce que préparait la cellule terroriste de Daesh démantelée à Fès

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Arrestation des membres d’une cellule terroriste à Fès, le 14 octobre, par le Bureau central d’investigation judiciaire.

Arrestation des membres d’une cellule terroriste à Fès, le 14 octobre, par le Bureau central d’investigation judiciaire. © Abdelhak Fattoumi/MAP

Le 14 octobre dernier, les autorités marocaines ont procédé à l’arrestation de onze personnes suspectées de préparer plusieurs attaques terroristes au Maroc.

La cellule terroriste de onze membres démantelée le 14 octobre à Fès par les agents du Bureau central d’investigation judiciaire, que coordonne Abdelhak Khiame sous la direction d’Abdellatif Hammouchi, était, selon nos informations, téléguidée depuis les camps de Daesh en Libye. Peugeot 205 piégée, atelier de fabrication d’explosifs, bombonnes de gaz, produits chimiques divers, armes blanches et armes de poing : c’est un véritable arsenal mortifère qui a été découvert dans la planque des jihadistes interpellés.

Selon un document des enquêteurs auquel Jeune Afrique a eu accès, leurs cibles, dûment répertoriées, étaient multiples : le siège du Parlement à Rabat, celui de la chaîne de télévision 2M à Casablanca, des centres commerciaux et des casernes de gendarmerie. Détail macabre : l’enlèvement, suivi de la décapitation filmée de « personnalités symboliques du régime », figurait parmi les objectifs de cette franchise locale de l’« État islamique », laquelle avait prévu plusieurs lieux de repli (maquis et fermes isolées) dans le Rif et le Moyen-Atlas.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte