BTP & Infrastructures

Algérie : le port de Cherchell attend toujours son premier coup de pioche

Réservé aux abonnés | | Par
À Cherchell, les reports se succèdent (photo d’illustration).

À Cherchell, les reports se succèdent (photo d'illustration). © Alexandre Duret-Lutz/Flickr

Le chantier du port d’El Hamdania de Cherchell (Algérie), dont la construction a été confiée à CHEC (China Harbour Engineering Company) et CSEC (China State Construction Corporation), devait démarrer au premier semestre de 2017 mais ne cesse, mois après mois, d’être reportée.

Au début du mois de septembre, les autorités algériennes ont encore assuré que ce chantier de 3,3 milliards de dollars devrait commencer « dans les plus brefs délais ».

Financé par un crédit chinois échelonné sur sept ans avec une mise en service dans quatre années, il devrait être dirigé par l’entreprise Shanghai Ports, dans l’objectif d’en faire un concurrent de poids aux ports de Tanger Med et de Barcelone.

Son exécution reste toutefois suspendue aux ressources budgétaires du pays, affectées par la chute des cours du pétrole.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte