Dossier

Cet article est issu du dossier «Cameroun : sous le couvercle de la cocotte-minute»

Voir tout le sommaire
Politique

Cameroun : à qui vont les postes de commandement dans l’armée ?

Le chef de l'armée nigérienne Martin Luther Agwai (gauche) et son homologue camerounais Meka Rene Claude (droite), Nigéria, août 2006. © GEORGE OSODI/AP/SIPA

Les postes les plus convoités de l’armée camerounaise ont pour la plupart échu à des officiers originaires du Sud ou du Centre.

C’est le cas du général René Meka, chef d’état-major des armées, du général de brigade aérienne Emmanuel Amougou, chef d’état-major particulier de Paul Biya, du commandant de la brigade du Quartier général, Valère Nka… Même chose pour le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo.

Le BIR, sous l’égide direct de la présidence

A contrario, c’est un natif de l’Extrême-Nord, le général de brigade Bouba Dobékréo, qui dirige le Bataillon d’intervention rapide (BIR). Réputé pour son efficacité, le BIR dépend directement de la présidence et ne tient aucun compte de l’origine géographique de ses éléments.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte