Vie des partis

Gabon : le PDG solde les comptes

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président Ali Bongo au XIVe Sommet de la Francophonie, à Kinshasa, en octobre 2012.

Le président Ali Bongo au XIVe Sommet de la Francophonie, à Kinshasa, en octobre 2012. © Baudouin Mouanda pour JA

Le sujet faisait débat : faut-il organiser un congrès du PDG à quelques mois seulement des législatives, qui doivent se dérouler avant avril 2018 ?

Sonné par la présidentielle d’août 2016 au cours de laquelle il n’a pas brillé par son dynamisme et encore moins par les résultats que ses ténors étaient censés lui assurer dans leurs fiefs respectifs, le parti d’Ali Bongo Ondimba est au bord de la crise. Faustin Boukoubi, son secrétaire général, a jeté l’éponge, et le Mouvement gabonais pour Ali Bongo Ondimba (Mogabo), un courant qui dit rassembler les « vrais amis » du président, accapare le devant de la scène politico-médiatique, ce qu’une partie des militants n’apprécie guère.

Ali Bongo Ondimba a tranché

Le chef de l’État a tranché : un congrès aura bien lieu avant la fin de 2017. Objectif : solder les comptes de la présidentielle et rajeunir les cadres. Notamment dans l’optique de la désignation des candidats aux législatives, qui devraient désormais être choisis par la base du parti plutôt que par ses (ex-)caciques.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte