Cinéma

Cinéma : un festival international du film à Abidjan pour sortir de « l’entre-soi africain »

Le quartier d'affaire d'Abidjan, ancienne capitale officielle et actuelle capitale économique et administrative de Côte d'ivoire, le 14 mai 2010..

Le quartier d'affaire d'Abidjan, ancienne capitale officielle et actuelle capitale économique et administrative de Côte d'ivoire, le 14 mai 2010.. © RyansWorld/CC/wikipédia

Il y a une semaine, lors du Festival du film francophone d’Angoulême en France, Maurice Kouakou Bandaman, le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, a annoncé la création d’un Festival international du film d’Abidjan.

Selon une source proche du projet, cet événement, dont la première édition est prévue pour novembre 2018, « n’aura pas vocation à faire concurrence au Fespaco de Ouagadougou ». Des films européens, américains, asiatiques y seront programmés, et des professionnels étrangers invités. L’objectif ? Ne pas laisser le cinéma africain dans un « entre-soi » sclérosant et, surtout, conquérir de nouveaux marchés.

La manifestation vise aussi à dynamiser le cinéma ivoirien, tant en termes de production que de diffusion. Un multiplex de cinq salles Gaumont devrait voir le jour d’ici à 2019. Son emplacement précis, encore tenu secret, a été choisi à Marcory (commune d’Abidjan).

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte