Dossier

Cet article est issu du dossier «Quel est l'état de santé de nos chefs d'État ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Santé des présidents : Patrice Talon, fausse alerte

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 30 août 2017 à 15h10
Le président Patrice Talon à Paris, le 26 avril 2016

Le président Patrice Talon à Paris, le 26 avril 2016 © Michel Euler/AP/SIPA

Certains courent, d’autres nagent, tous ou presque font des visites médicales régulières. Mais quels que soient leur âge et leur forme, les présidents africains répugnent à dévoiler leur état de santé. Jeune Afrique vous propose un check up continental de ceux qui nous gouvernent.

Patrice Talon, 59 ans, semble totalement remis de la double opération subie les 26 mai et 1er juin. Il a pu s’envoler le 2 août pour deux semaines de vacances au Maroc. Son bilan de santé annuel, effectué à la clinique de la Croix-Saint-Simon, dans le 20e arrondissement de Paris, avait révélé une lésion bénigne à la prostate.

Le chef de l’État béninois avait fait le choix de régler le problème immédiatement, ses médecins lui ayant promis qu’il pourrait rentrer au pays une semaine plus tard. Mais l’intervention, effectuée dans la clinique Ambroisé-Paré (Neuilly-sur-Seine), a entraîné une complication digestive – le laser aurait ouvert une plaie au niveau de l’intestin – nécessitant un nouvel acte chirurgical, cette fois bien plus lourd.

Après un contrôle postopératoire concluant fin juin en France, l’épisode semble derrière lui

Conséquence : une convalescence de plus de deux semaines sans pouvoir quitter l’hôpital, prolongée par une longue période de surveillance à Cotonou, lors de laquelle Patrice Talon n’eut droit de ne travailler que quelques heures par jour. Après un contrôle postopératoire concluant fin juin en France – l’analyse de la prostate n’a révélé aucune cellule cancéreuse –, l’épisode semble derrière lui.

« Il a bien perdu du poids mais ne veut pas le reprendre ! » raconte un proche, qui précise : « Le président ne fait plus de sport depuis quelques années, mais il a toujours fait attention à sa santé. Il a rarement été malade, même s’il surveille sa tension artérielle. Ce n’est pas un homme d’excès, il a un rythme et une hygiène de vie très réglés. »

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte