Sport

Mali : dans la course à la présidence de la Femafoot, Baby tient la corde

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 19h58
Boubacar Diarra, actuel patron de la Femafoot.

Boubacar Diarra, actuel patron de la Femafoot. © DR

Qui succédera à Boubacar Diarra à la tête de la Fédération malienne de football (Femafoot), lors des élections d’octobre ?

Sur la liste officielle des 11 candidats en lice, dévoilée le 9 août, deux noms sortent du lot. Le favori, Salah Baby, est président de la Ligue de Tombouctou et membre influent du collectif des clubs et ligues majoritaires, qui « pèse 31 voix sur 52 », nous indique une source.

Autre candidat déclaré : Mamoutou Touré, premier vice-président de la Femafoot, numéro deux de l’AS Real Bamako et, par ailleurs, directeur administratif et financier de l’Assemblée nationale. Il bénéficierait du soutien d’Abdel Kader Konaté, porte-parole du gouvernement et membre influent de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), ce que ce dernier dément. Touré compte aussi parmi ses proches Amadou Diakaté, qui fut membre du comité exécutif de la CAF jusqu’à la défaite de son mentor, Issa Hayatou, en mars. Troisième candidat à avoir déposé un dossier : Amadou Sangaré, de la Ligue de Sikasso. D’autres pourraient se déclarer sous peu.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte