Diplomatie

Crise du Golfe : le Qatar montré du Doha

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Une femme qatarie longeant les buildings de Doha, le 14 mai 2010.

Une femme qatarie longeant les buildings de Doha, le 14 mai 2010. © Kamran Jebreili/AP/SIPA

La crise diplomatique qui oppose depuis quelques semaines le Qatar à ses voisins du Golfe s’est invitée au Sofitel Ivoire d’Abidjan, le 10 juillet, lors du huis clos de la 44e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Censée porter sur le « renforcement de l’union, la solidarité entre les États membres et la promotion de la jeunesse », la séance a dérapé. Sameh Choukri, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Thani Ahmad Al Zeyoudi, le ministre émirati de l’Environnement, et Adel Ibn Siraj Mirdad, sous-secrétaire d’État saoudien aux Affaires étrangères, s’en sont pris au Qatar en des termes fort peu diplomatiques, l’accusant d’être un « État terroriste », et s’attirant une vive réplique de Sultan Ibn Saad Al-Muraikhi, le vice-ministre qatari des Affaires étrangères.

Hassen Rabehi, le secrétaire général du ministère algérien des Affaires étrangères, a calmé le jeu et prôné le dialogue, avant d’enchaîner sur un autre dossier : l’application des accords d’Alger entre l’État malien et les groupes armés du Nord.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer