Justice

Procès des « biens mal acquis » : Malabo cherche la parade

Teodorín Obiang, le 30 septembre 2015 au siège des Nations Unies (image d'illustration).

Teodorín Obiang, le 30 septembre 2015 au siège des Nations Unies (image d'illustration). © Frank Franklin II/AP/SIPA

Dans le procès des « biens mal acquis » (BMA), qui implique notamment Teodoro Nguema Obiang Mangue, le vice-président de la Guinée équatoriale, le jugement ne sera rendu que le 27 octobre. Mais les Équato-Guinéens s’activent en coulisses, notamment sous la houlette de leur ambassadeur en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu.

À Malabo, la présidence a prié le procureur général de Guinée équatoriale de diligenter des enquêtes à partir du témoignage de Simon Mann. Le 26 juin à Paris, à la barre, l’ex-mercenaire sud-africain avait mis en cause le Français William Bourdon, par ailleurs avocat de la partie civile dans l’affaire des BMA, et le milliardaire américain George Soros, qu’il soupçonne de chercher à renverser le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo avec la complicité d’Ely Calil, un homme d’affaires britannique d’origine libanaise.

Selon une source diplomatique équato-guinéenne, le procureur monterait un dossier afin de poursuivre Bourdon en France et Soros aux États-Unis.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte