Économie
 © Jeune Afrique

Cet article est issu du dossier

Les dix barons libanais de l’économie ivoirienne

Voir tout le sommaire
Économie

Mahmoud El Ghandour : l’esthète

Nouvelle parfumerie Gandour

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 juillet 2017 à 16:56

Pendant les années de crise, les forêts du nord de la Côte d’Ivoire ont été complètement saccagées. © Nabil Zorkot

Dans le sillage de son père, fondateur de la parfumerie Gandour à Dakar, en 1965, Mahmoud El Ghandour a créé la Parfumerie Gandour de Côte d’Ivoire (PGCI) en 1978 à Abidjan. L’entreprise, implantée dans la zone industrielle de Yopougon, s’est d’abord imposée en produisant parfums, talcs, crèmes, pommades et vernis à ongles à bon marché.

Aujourd’hui renommée Nouvelle parfumerie Gandour (NPG) et dirigée par son gendre Ghandour Ghandour, elle offre plus de 600 gammes de produits de soins et d’esthétique, qu’elle distribue en Afrique mais aussi en Europe et aux États-Unis. Comme beaucoup de chefs d’entreprise ivoiro-libanais, le patron, qui emploie 2 000 salariés, garde son chiffre d’affaires strictement confidentiel.