Politique

Centrafrique : Anicet-Georges Dologuélé à l’offensive

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Anicet-Georges Dologuélé, à Paris, le 4 juin 2013

Anicet-Georges Dologuélé, à Paris, le 4 juin 2013 © Vincent Fournier/J.A.

L’ancien Premier ministre et ex-candidat à la présidentielle Anicet-Georges Dologuélé, aujourd’hui patron de l’Union pour le renouveau centrafricain (Urca), va porter plainte contre Joachim Kokaté, ancien leader anti-balaka.

Joachim Kokaté assure avoir enregistré Anicet-Georges Dologuélé alors qu’il évoquait un projet de déstabilisation de l’État centrafricain. Dologuélé monte au front pour désamorcer l’affaire. Alors que des rumeurs font état de la possible levée de son immunité de député, il a pris les devants et a rencontré des représentants du Parlement, le 29 mai, pour leur donner sa version des faits.

« Le climat politique se dégrade à grande vitesse, nous sommes très inquiets », confie pour sa part un élu de l’opposition. Le 24 mai, Dologuélé s’était montré virulent à l’égard de Simplice Sarandji, le Premier ministre, qui assistait à une séance de l’Assemblée pour la troisième fois seulement depuis le début de son mandat.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer