Livres

Quelle place pour le livre au Maroc ?

Un étalage de livres.

Un étalage de livres. © Ines Rodriguo/cc/wikipédia

Kenza Sefrioui et Anouk Cohen sont des spécialistes bien connues de la production éditoriale marocaine.

La première publie Le Livre à l’épreuve dans la jeune maison d’édition qu’elle a cofondée en 2012. Elle y analyse la place de la censure, le « rapport scolaire et utilitaire au livre » et le rôle des pouvoirs publics dans sa diffusion. Si le constat peut pousser au pessimisme, elle clôt son ouvrage en relatant des expériences fraîches et novatrices d’acteurs originaux qu’elle appelle « nouveaux passeurs de livres », comme autant de pistes de réflexion.

Enquête ethnographique

Quant à Anouk Cohen, elle propose une enquête ethnographique avec Fabriquer le livre au Maroc, un travail universitaire plus étoffé et moins militant. Les « lieux du livre », terrasses de kiosquiers, librairies, sont analysés, tout comme la course aux subventions qui transforme les éditeurs en politiques. Les deux chapitres consacrés à la littérature carcérale, majeure au Maroc, et celui, très original, consacré au Coran intéresseront un public plus large.

Le Livre à l’épreuve. Les failles de la chaîne au Maroc, de Kenza Sefrioui, En toutes lettres, 100 pages, 13 euros.

Fabriquer le livre au MarocAnouk Cohen Karthala, 416 pages, 32 euros.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte