Politique

Mauritanie : revoilà Moustapha Limam Chafi !

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 19h50
Moustapha Limam Chafi, en août 2010.

Moustapha Limam Chafi, en août 2010. © AHMED OUOBA/AFP

Ancien conseiller spécial de Blaise Compaoré et ex-négociateur de l’ombre dans plusieurs dossiers relatifs à des prises d’otages au Sahel, le Mauritanien Moustapha Limam Chafi, 56 ans, qui vit en exil entre Rabat et Abidjan depuis la chute de l’ancien président burkinabè, fin octobre 2014, réapparaît après un long silence.

Dans un entretien accordé début mai au site mauritanien rmibiladi.com, proche de l’opposition, Chafi dit tout le mal qu’il pense du président, qualifié par lui de « premier entrepreneur de Mauritanie » et de « réplique améliorée de Bébé Doc ».

Visé par un mandat d’arrêt émis par les autorités de son pays, ce sulfureux personnage de roman, qui fut proche de Mouammar Kadhafi, de Laurent-Désiré Kabila et de Guillaume Soro, n’a manifestement pas apprécié que l’ambassade de Mauritanie en Côte d’Ivoire ait, sur instructions de Nouakchott, refusé de l’inscrire sur les listes d’état-civil.

Un « privilège » qu’il partage avec un autre opposant notoire au régime, l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou, installé lui aussi au Maroc et avec lequel Chafi dit entretenir des rapports « affectifs et respectueux ».

Tout à son réquisitoire, Chafi va jusqu’à soupçonner le président mauritanien d’avoir passé un accord avec les groupes jihadistes pour épargner son pays.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte