Justice

Côte d’Ivoire : la CPI est priée d’oublier Simone Gbagbo

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 17 mai 2017 à 11h46
Simone Gbagbo, à Abidjan, le 10 octobre 2016.

Simone Gbagbo, à Abidjan, le 10 octobre 2016. © SIA KAMBOU/AFP

Les autorités ivoiriennes, qui ont toujours refusé d’exécuter le mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) en février 2012 à l’encontre de Simone Gbagbo, comptent bien convaincre la CPI d’abandonner totalement sa procédure contre l’ancienne première dame.

C’est ce que les avocats de la Côte d’Ivoire, Jean-Paul Benoit et Jean-Pierre Mignard, ont expliqué à Fatou Bensouda, la procureure générale de la Cour, et à son équipe, lors d’une rencontre le 19 avril à La Haye. Et c’est ce que la Côte d’Ivoire va officiellement demander dans un mémorandum qui sera déposé à la CPI d’ici au mois de juillet.

Acquittée fin mars à Abidjan lors de son procès pour crime de guerre et crime contre l’humanité, Simone Gbagbo est toujours derrière les barreaux pour complot contre l’autorité de l’État.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte