Justice

Côte d’Ivoire : la CPI est priée d’oublier Simone Gbagbo

Simone Gbagbo, à Abidjan, le 10 octobre 2016.

Simone Gbagbo, à Abidjan, le 10 octobre 2016. © SIA KAMBOU/AFP

Les autorités ivoiriennes, qui ont toujours refusé d’exécuter le mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) en février 2012 à l’encontre de Simone Gbagbo, comptent bien convaincre la CPI d’abandonner totalement sa procédure contre l’ancienne première dame.

C’est ce que les avocats de la Côte d’Ivoire, Jean-Paul Benoit et Jean-Pierre Mignard, ont expliqué à Fatou Bensouda, la procureure générale de la Cour, et à son équipe, lors d’une rencontre le 19 avril à La Haye. Et c’est ce que la Côte d’Ivoire va officiellement demander dans un mémorandum qui sera déposé à la CPI d’ici au mois de juillet.

Acquittée fin mars à Abidjan lors de son procès pour crime de guerre et crime contre l’humanité, Simone Gbagbo est toujours derrière les barreaux pour complot contre l’autorité de l’État.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte

Toute l'actualité de l'Afrique anglophone

Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui

arrow icon Découvrir theafricareport.com
Fermer

Je me connecte