Politique

Tunisie : pourquoi le conseil de la Choura a dit non au projet de loi de réconciliation économique nationale

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le parti de Rached Ghannouchi s’oppose à la loi sur la réconciliation nationale.

Le parti de Rached Ghannouchi s’oppose à la loi sur la réconciliation nationale. © Ons Abid pour JA

Le conseil de la Choura, organe consultatif d’Ennahdha, a posé son veto, le 30 avril, au projet de loi de réconciliation économique nationale en cours d’examen à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Cette initiative, lancée en 2015 par le président Béji Caïd Essebsi, vise pour l’essentiel à lever les poursuites pour corruption à l’encontre de fonctionnaires de l’ancien régime. Officiellement, les membres de la Choura estiment que le projet peut être amélioré.

Officieusement, ils sont en fait divisés : certains exigent que le texte couvre la période 2012-2013, pendant laquelle Ennahdha était au pouvoir, tandis que d’autres jugent inutile une loi supplémentaire alors qu’un processus de justice transitionnelle est engagé par l’Instance Vérité et Dignité (IVD). De nombreux membres de la Choura opposés au président du parti, Rached Ghannouchi – lequel prône la gouvernance par consensus –, estiment que s’abstenir de soutenir cette loi permettrait à Ennahdha de se démarquer et de revoir à son avantage les modalités de son alliance avec Nidaa Tounes, la formation au pouvoir.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte