Politique

Gabon : la démission de Mike Jocktane laisse l’Union nationale en lambeaux

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Une manifestation à Libreville en 2012.

Une manifestation à Libreville en 2012. © Joel Bouopda Tatou/AP/SIPA

Mike Jocktane, le vice-président de l’Union nationale, a démissionné le jeudi 4 mai de ses fonctions au sein du principal parti d’opposition gabonais.

La décision n’a surpris personne, tant le fossé s’était creusé entre la formation et son ex-numéro deux, qui se revendique de l’héritage de feu André Mba Obame. En conflit avec son président, Zacharie Myboto, Jocktane avait décidé de participer au dialogue national contre l’avis de ce dernier – et la position officielle du parti.

Depuis, il préparait la création d’une autre formation, qui devrait être baptisée Le Gabon nouveau. Ne reste plus qu’à décider de la date de son lancement.

l’Mike Jocktane compte sur le ralliement de plusieurs personnalités issues notamment de l’Union nationale, comme l’actuelle ministre de l’Économie forestière, de la Pêche et de l’Environnement, Estelle Ondo.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer