Politique

Côte d’Ivoire : comment Amadou Gon Coulibaly a agi sur la composition du bureau du Parlement

Amadou Gon Coulibaly, premier ministre de Côte d'Ivoire depuis le 10 janvier 2017.

Amadou Gon Coulibaly, premier ministre de Côte d'Ivoire depuis le 10 janvier 2017. © Sylvain Cherkaoui/JA

Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly (AGC), par ailleurs secrétaire exécutif du RDR (au pouvoir), est activement intervenu dans le processus de formation du bureau du Parlement.

Il a usé de son influence auprès du chef de l’État, Alassane Ouattara, pour adouber Jeanne Peuhmond, trésorière du RDR, à la vice-présidence de l’Assemblée, au détriment d’Aminata Camara Tounagara, l’épouse d’Adama Toungara, ministre conseiller à la présidence de la République.

Célestine Olibel Trazéré, députée RDR dans la circonscription d’Issia (Centre-Ouest), n’a pas conservé son poste de vice-présidente. Celle qui passe pour une fidèle de Guillaume Soro a été récusée par Amadou Soumahoro, secrétaire exécutif du parti.

Enfin, comme prévu, Yasmina Ouegnin, dont la candidature avait été proposée par le groupe parlementaire Vox Populi, a dû céder face à l’opposition du RDR et de son allié du PDCI. C’est Soro lui-même qui, après avoir en vain tenté d’intercéder en sa faveur, a demandé à la députée indépendante et frondeuse de se retirer afin que son nouveau mandat à la tête de l’Assemblée ne s’ouvre pas sur une polémique.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte