Diplomatie

Algérie : les rendez-vous diplomatiques manqués d’Abdelaziz Bouteflika

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 14 mars 2017 à 10h52
Abdelaziz Bouteflika lors de son arrivée à Moscou le 18 février 2008.

Abdelaziz Bouteflika lors de son arrivée à Moscou le 18 février 2008. © MIKHAIL METZEL/AP/SIPA

Nouveau contretemps diplomatique pour Abdelaziz Bouteflika, qui a eu 80 ans le 2 mars, après l’annulation fin février de la visite d’Angela Merkel en Algérie.

Lors de la préparation de la visite de deux jours à Alger d’Alfonso Dastis, le ministre espagnol des Affaires étrangères, les autorités algériennes avaient prévu que le chef de l’État le recevrait dans sa résidence de Zeralda.

Mais le 7 mars, veille de l’arrivée de Dastis, la présidence informe le ministère algérien des Affaires étrangères que l’audience est annulée. « Cette audience n’étant pas incluse dans le programme de la visite, il n’y a donc pas eu annulation », nuance l’ambassade d’Espagne à Alger, jointe par JA.

Merkel ne viendra pas en 2017

Le 20 février, le voyage de la chancelière allemande, Angela Merkel, avait été reporté deux heures avant son départ pour Alger en raison d’une « indisponibilité temporaire » de Bouteflika, qui souffrait d’une bronchite aiguë.

Les Algériens ont demandé que cette visite soit reprogrammée. Réponse de Berlin : impossible cette année, l’emploi du temps de la chancelière est trop chargé.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte