Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Gabon en train de faire peau neuve ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Gabon : au cabinet présidentiel, le style Accrombessi, c’est fini

Réservé aux abonnés | | Par
Ali Bongo prête serment en septembre 2016, à Libreville.

Ali Bongo prête serment en septembre 2016, à Libreville. © Jeremi Mba/AP/SIPA

Martin Boguikouma a hérité des clés du cabinet présidentiel, mais ne s’est pas installé dans le bureau de son prédécesseur, l’incontournable Maixent Accrombessi.

Volonté de marquer une rupture de style ou refus d’« insulter » l’avenir ? L’intéressé n’en dit rien. Celui qui se compare à la tortue luth – une espèce menacée dont la Pointe Denis, au large de Libreville, est le sanctuaire – voit loin mais avance prudemment. Malin, comme savent l’être les Tékés de Bongoville, qui ont eu Omar Bongo Ondimba pour maître, il ne dit du mal de personne. Surtout pas de l’ancien directeur de cabinet, même s’il a choisi de travailler autrement.

Exemplarité exigée

Ainsi, Boguikouma ne veut pas être le passage obligé et inévitable pour ceux qui veulent accéder au bureau du chef de l’État. « Mon devoir est d’aider le président à décider de ce qui fera avancer le pays. Pas de le couper des réalités du terrain », explique-t-il. Exécuter les instructions présidentielles, les transmettre aux ministres, assurer le suivi des dossiers… Cet homme peu mondain ne fait plus que ça.

Diplômé de l’université d’Ottawa, où il a connu l’actuel Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, il considère que l’exemplarité des fonctionnaires de la présidence est le premier rempart susceptible de « protéger » son patron.

Boguikouma n’est pas Accrombessi

Dans la vaste pièce du Palais où il travaille et reçoit ses visiteurs, le quadragénaire révèle toute la complexité de sa personnalité. L’ancien cadre de BGFIBank peut se montrer affable comme un banquier quand il juge son interlocuteur digne d’intérêt. Puis l’ancien gouverneur de région peut céder à son tempérament d’homme à poigne, faisant claquer ses ordres.

Martin Boguikouma n’est pas Maixent Accrombessi et ne veut pas le devenir. Ce dernier ayant quitté précipitamment le pays après son accident vasculaire cérébral, il n’a pas pu briefer son successeur sur les dossiers en instance. Les deux hommes se parlent donc beaucoup au téléphone.

Un travail d’équipe

Cousin du chef de l’État, Martin Boguikouma n’en est pas pour autant un intime. Par ailleurs, à l’exercice personnel du pouvoir il préfère le travail d’équipe. Les réunions de coordination sont désormais hebdomadaires à la présidence. Le directeur de cabinet creuse son sillon en cultivant une image d’humilité, de probité et de rigueur.

« On ne peut pas être un bon gouverneur à Port-Gentil si l’on ne sait pas se faire respecter des pétroliers », est-il convaincu.

Cela passe selon lui par le refus de la corruption et des arrangements avec les hommes d’affaires au détriment de l’intérêt général. Voilà les investisseurs indélicats prévenus.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte