Justice

Congo : Pasteur Ntumi, Jean-Marie Michel Mokoko, André Okombi Salissan… Leurs procès se préparent

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Frédéric Bintsamou, alias le pasteur Ntumi, en décembre 2008 dans le Pool.

Frédéric Bintsamou, alias le pasteur Ntumi, en décembre 2008 dans le Pool. © Vincent Fournier/J.A.

Le calendrier judiciaire va s’accélérer au Congo au cours des dix prochains mois. D’ici à juin et juste après la réunion du Conseil supérieur de la magistrature s’ouvriront les sessions criminelles des cours d’appel de Brazzaville et de Pointe-Noire

Première affaire jugée : celle impliquant Frédéric Bitsamou, alias pasteur Ntumi (le leader des rebelles Ninjas du Pool, toujours recherché), et ses coaccusés détenus à la prison centrale de Brazzaville.

Suivront les procès intentés par l’État contre les candidats à l’élection présidentielle de 2016, Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissan, emprisonnés au même endroit.

Pas de poursuite contre Ferdinand Mbaou

À noter que le colonel Ferdinand Mbaou, ex-chef de la garde présidentielle de Pascal Lissouba et dont les avoirs ont été gelés en France, où il réside, pour avoir appelé au soulèvement armé contre le président Sassou Nguesso et tenté de s’organiser en ce sens, n’est curieusement pas poursuivi au Congo.

Après avoir fui Brazzaville en 1997 et s’être proclamé chef de fantomatiques « Forces armées loyalistes », Mbaou avait regagné son pays en juillet 2009 à la suite d’une médiation menée par le général Nianga Mbouala, actuel commandant de la garde républicaine.

Arrêté quelques semaines plus tard, détenu pendant six mois, jugé et acquitté, cet officier supérieur réputé dogmatique que Lissouba avait nommé général par simple « décret verbal » au plus fort de la guerre civile ne cachait pas, depuis, son objectif : « renverser militairement Denis Sassou Nguesso ».

Enfin, un moment inquiétés au lendemain de l’élection, les ex-candidats Claudine Munari et Parfait Kolélas ont pu récupérer les passeports diplomatiques auxquels ils ont droit en tant qu’anciens ministres. Le second s’est ainsi rendu en France il y a une dizaine de jours.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte