Justice

Gambie : après la chute de Yahya Jammeh, la famille du journaliste assassiné Deyda Hydara réclame justice

Réservé aux abonnés | | Par
L'arc de triomphe de Banjul, en Gambie, le 25 janvier 2017.

L'arc de triomphe de Banjul, en Gambie, le 25 janvier 2017. © Sylvain Cherkaoui/AP/SIPA

Qui a donné l’ordre, en décembre 2004, de tuer Deyda Hydara, directeur du journal The Point et correspondant de l’AFP à Banjul ?

Au lendemain de la chute de Yahya Jammeh, la famille du défunt réclame justice. À l’époque, cet assassinat avait profondément choqué un cadre du régime gambien, Landing Badjie, alors directeur général de la police. Méfiant, Jammeh l’avait éloigné de Banjul et envoyé au Soudan rejoindre la mission hybride des Nations unies et de l’UA au Darfour (Minuad).

Douze ans plus tard, Badjie, toujours en poste à Ed Da’ein, pourrait bien avoir des confidences à faire devant un juge. Juste après le meurtre, il avait juré devant RSF de retrouver les assassins de son « ami Deyda Hydara ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte