Dossier

Cet article est issu du dossier «RD Congo : Étienne Tshisekedi, l'irremplaçable opposant»

Voir tout le sommaire
Politique

RD Congo : sans Tshisekedi, l’accord du 31 décembre est mis à mal

Carbone Beni, 25 ans, coordinateur national du mouvement de jeunes citoyens congolais Filimbi, à Kinshasa, le 26 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu/JA

Étienne Tshisekedi était l'un des personnages clés de l'accord politique signé à Kinshasa entre le gouvernement et l'opposition. Sans lui, le grand changement démocratique devient délicat.

Depuis son retour triomphal à Kinshasa, en juillet, Étienne Tshisekedi était revenu au centre de la vie politique congolaise. Un mois plus tôt, il avait été désigné chef du Rassemblement de l’opposition, une plateforme qui réunissait une coalition d’une ampleur inédite face au président Joseph Kabila.

Sans Tshisekedi pour faire contrepoids, l’opposition aura beaucoup de mal à faire avancer le processus électoral.

C’est aussi sous le leadership du « Líder Máximo » que Kinshasa avait connu deux vagues de contestation meurtrières en septembre et décembre, pour protester contre le maintien au pouvoir du président après l’expiration de son dernier mandat constitutionnel, le 19 décembre 2016. Seul Tshisekedi avait la capacité de mobiliser ainsi la rue kinoise.

Moïse Katumbi comptait sur Tshisekedi

Sous la pression de l’étranger, le gouvernement congolais avait dû se résoudre à négocier avec l’opposition pour finalement signer un accord de partage du pouvoir, le 31 décembre. Celui-ci prévoyait de confier à Tshisekedi la présidence du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), lequel devait s’assurer de l’organisation de l’élection présidentielle dans les plus brefs délais.

L’accord ne réglait pas le sort de Moïse Katumbi, l’autre pilier de l’opposition, exilé et empêché de concourir à l’élection présidentielle par une curieuse condamnation dans un litige immobilier. Mais ce dernier comptait bien sur le « Vieux », son nouvel allié, pour obtenir la levée de cette sanction.

L’opposition moins forte

La disparition du patriarche met à mal cet accord de transition, patiemment construit mais encore très fragile. Ces dernières semaines, sa mise en œuvre achoppait déjà sur la désignation du Premier ministre, qui doit être présenté par le Rassemblement de l’opposition.

En principe, l’accord peut toujours s’appliquer. Mais, sans Tshisekedi pour faire contrepoids, l’opposition aura beaucoup de mal à exercer la pression nécessaire pour faire avancer le processus électoral. La succession du leader politique à la tête du CNSA comme du Rassemblement de l’opposition s’annonce très délicate. Lui seul était parvenu à fédérer cet ensemble.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte