Justice

Cameroun : les victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eseka s’adressent aux candidats à la présidentielle française

Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016 © AP/SIPA

Les avocats des victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eseka continuent de mettre la pression sur le groupe Bolloré, actionnaire principal de la société Camrail.

Non seulement ils ont sollicité le Quai d’Orsay, via l’ambassade de France au Cameroun, mais ils ont envoyé un courrier, fin décembre, à trois des candidats à la présidentielle française : François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Les avocats attendent le résultat de la primaire de la gauche afin de poursuivre leur démarche.

Leur but : s’assurer que le futur chef de l’État français aborde le sujet avec Vincent Bolloré, afin que son groupe s’implique davantage dans l’indemnisation des victimes.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte