Justice

Rwanda : quand le Mali présente des génocidaires comme des détenus modèles

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 27 décembre 2016 à 14h11
Des photos des victimes du génocide d’avril 1994, au mémorial de Gisozi, à Kigali.

Des photos des victimes du génocide d’avril 1994, au mémorial de Gisozi, à Kigali. © Ben Curtis/AP/SIPA

La libération anticipée, début décembre, de l’historien Ferdinand Nahimana, principal idéologue du génocide contre les Tutsis, et du prêtre Emmanuel Rukundo, respectivement condamnés à trente ans et à vingt-trois ans de prison, a provoqué la fureur du gouvernement rwandais, de la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG) et de l’association de rescapés Ibuka.

Si Kigali critique de longue date la « clémence excessive » du juge Theodor Meron, président du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), à qui l’on doit nombre de réductions de peine en appel et de libérations anticipées, la complaisance des autorités maliennes à l’égard des génocidaires rwandais incarcérés à Koulikoro (à 60 km de Bamako) semble tout aussi problématique.

En 2012, Kigali s’était indigné de leur « mode de vie luxueux » et du laxisme entourant leur vie carcérale. À la lecture des récents jugements de remise en liberté, il apparaît que les autorités judiciaires et pénitentiaires maliennes ont appuyé la requête des intéressés en les présentant comme des détenus modèles offrant toutes les garanties de réinsertion. Or, à l’instar de Nahimana, auteur en 2011 d’un brûlot négationniste, ils n’ont jamais manifesté le moindre repentir.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte