Économie
Ouverture des pages éco de JA 2920

Cet article est issu du dossier

Croissance : qu’avons nous fait de nos quinze glorieuses

Voir tout le sommaire
Économie

Créer enfin de vrais marchés africains

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 janvier 2017 à 14:44

Le port de Kinshasa, capital de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 24 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

C’est la condition sine qua non à l’accélération de la transformation structurelle et à l’émergence de grandes entreprises africaines.

« Nous avons connu une période de forte croissance qui a permis de jeter les bases d’une transformation économique. Pour franchir ce cap, il est fondamental de créer un marché commun africain », insistait récemment Donald Kaberuka, l’ancien patron de la BAD.

Certes, des progrès ont été faits et la volonté politique se fait de plus en plus forte. Par exemple en juin 2015, la signature de l’accord de la zone tripartite de libre-échange qui réunit la Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), l’EAC et la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) devrait permettre de créer un marché regroupant 26 pays et pesant au total plus de 1 000 milliards de dollars (plus de 960 milliards d’euros) en PIB.

Des espaces comme la Cedeao ont également enregistré des avancées en adoptant des tarifs extérieurs communs. Mais globalement, le continent reste encore une juxtaposition de petits marchés, empêchant les groupes étrangers comme africains d’ailleurs de réaliser des économies. Réduire le temps que mettent les marchandises pour traverser les frontières tout comme les tarifs douaniers entre les pays (ils sont aujourd’hui les plus élevés au monde : 8,7 % en moyenne, contre 2,5 % sur les autres continents) ou encore faciliter les déplacements des hommes d’affaires et des populations, cela doit plus que jamais devenir une priorité pour les gouvernements africains.