Nouvelles technologies

Panorama : l’Afrique de demain s’invente aujourd’hui

Le centre-ville de Yaoundé, au Cameroun, devant la Primature (photo d'illustration). © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Sciences, culture, affaires, sports, tendances, high-tech… Loin des clichés et des idées reçues, portrait d’un continent décomplexé, énergique, créatif, optimiste et… mondialisé.

Tous les experts internationaux s’accordent à dire que l’Afrique sera le continent de demain. Mais n’est-il pas déjà celui d’aujourd’hui ? Entre un Occident tenté de retrouver les accents d’un passé à recomposer et un Orient plongé dans un présent pas si simple, l’Afrique semble se conjuguer au futur proche. Loin des idées reçues et du destin tout tracé que d’autres s’empressent de vouloir lui baliser, le continent bouillonne d’énergies, foisonne d’initiatives pour dessiner ses propres perspectives. Dans la foulée de sa jeunesse, il impressionne par son inventivité, sa créativité.

Surtout, il fait bien mieux que reprendre les vieilles recettes mitonnées ailleurs, il se les approprie et les transforme, pour les adapter à sa réalité. La nouvelle Afrique est en marche et rien ne l’arrêtera. Sans jamais se renier, c’est elle qui pourrait bien en remontrer aux autres et donner l’exemple, comme elle a su le faire dans les années 2000, pour être aujourd’hui à la pointe des technologies de communications mobiles, sans jamais être passée par le fixe.

En économie, en sciences, en culture, en sport, le continent prend date. Jeune Afrique présente ces hommes et ces femmes et fait le tour des événements qui esquissent aujourd’hui, de l’intérieur comme de l’extérieur, ce monde de demain. Et en la matière, 2017 pourrait bien inaugurer une nouvelle ère.


Foster + Partners, and the Norman Foster Foundation.

© Foster + Partners, and the Norman Foster Foundation.

Technologie : drones à bon port

Le Rwanda va accueillir le premier « drone-port » du continent, et peut-être du monde. Le projet Red Line, développé par le suisse Afrotech et soutenu par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement pour un investissement total de 15 millions de francs suisses (14 millions d’euros), prend son envol, et les premières livraisons de médicaments et de matériel d’urgence par drone pourraient bien être réalisées dans les toutes prochaines semaines.

S’inspirant des engins militaires, Red Line a développé un appareil d’une envergure de 3 m, pour une autonomie de 50 km. Capable de transporter 10 kg au maximum, le modèle actuel pourra par la suite être gonflé pour pouvoir prendre à son bord jusqu’à 100 kg de matériel. Et s’ouvrir aux activités commerciales.


 

Vincent Fournier/JA

Elyès Jouini (Tunisie), vice-président de l'université Paris-IX (Dauphine), chargé de la recherche, docteur en mathématiques appliquées, ministre chargé des Réformes économiques et sociales du gouvernement tunisien du 27 janvier au 1er mars 2011. A Paris, le 17.10.2007. © Vincent Fournier/JA. © Vincent Fournier/JA

Tunisie : Elyès Jouini, le boss des maths

Normalien, spécialiste des mathématiques appliquées à l’économie et chantre d’une approche scientifique intégrant la dimension psychologique, Elyès Jouini est à 51 ans à la fois un chercheur renommé et un acteur engagé dans le débat public, aussi bien en France qu’en Tunisie, son pays natal.

Brièvement ministre des Réformes économiques et sociales au lendemain de la révolution, il a également joué le rôle de sherpa pour la Tunisie lors de la préparation du fameux sommet du G8 de Deauville en 2011. Le nom d’Elyès Jouini est associé à la prestigieuse université Paris-Dauphine, dont il est vice-président depuis 2004. Il a été l’un des principaux artisans de l’implantation sur le continent de ses antennes de Tunis et de Casablanca.


 

Fernand Kuissu pour JA

Olivier Madiba. © Fernand Kuissu pour JA

Cameroun : Fantasy sauce graine

Dès sa plus tendre enfance, le Camerounais Olivier Madiba a passé des heures sur sa console, explorant des univers fantastiques l’épée à la main. Rien de surprenant donc à ce qu’il soit, à 31 ans, à la tête de la première start-up africaine à avoir développé son propre jeu pour PC. Après treize ans de travail, Kiro’o Games a sorti à la mi-avril Aurion. L’héritage des Kori-Odan.

Inspiré des quêtes médiévales classiques, le jeu conserve ses racines africaines pour dessiner le monde dans lequel il plonge ses joueurs. Olivier Madiba, diplômé en informatique, option programmation et génie logiciel, peut être fier de son bébé, qui, après quelques mois, semble avoir déjà trouvé son public en Afrique et dans le reste du monde.


 

Justin Prichard/AP/SIPA

Elon Musk , directeur de Tesla Motors Inc. © Justin Prichard/AP/SIPA

Afrique du sud : un Model à suivre

En attendant de pouvoir coloniser la planète Mars avec sa société SpaceX, Elon Musk s’apprête à révolutionner le petit monde de la voiture électrique avec sa berline Model 3. Nouveau conseiller stratégique de Donald Trump, l’ingénieur milliardaire sud-africain, propriétaire de la marque Tesla Motors, va aussi démarrer à la mi-2017 la production de son modèle familial dans son unité californienne de San Francisco.

Disponible à partir de 35 000 dollars (33 600 euros), celui-ci devrait avoir une autonomie de 345 km et pourra atteindre 100 km/h en moins de six secondes. Plus de 400 000 acheteurs potentiels ont versé les 1 000 dollars d’acompte nécessaires pour se retrouver un jour au volant d’une Model 3, dont les premières livraisons sont attendues pour 2018. S’il réussit son pari industriel, Elon Musk pourrait faire rentrer la voiture électrique dans une nouvelle dimension.


 

Themba Hadebe/AP/SIPA

Mandla Maseko. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Astronautique : un peu plus près des étoiles…

Raté ! Freeman Osonuga ne succédera pas au Sud-Africain Mark Shuttleworth, premier et pour l’instant unique « afronaute », embarqué en 2002 sur un vol Soyouz après avoir payé son ticket 20 millions de dollars. Le jeune médecin nigérian de 32 ans n’est pourtant pas passé loin de voir son rêve se réaliser. Il figurait parmi les trois finalistes de la sélection lancée par l’agence Rising Star, mais le jury lui a préféré, en novembre, le Britannique Hussain Manawer.

Partie remise donc pour le continent, et c’est aujourd’hui le Sud-Africain Mandla Maseko qui tient la corde pour succéder à son compatriote. À 28 ans, Maseko, lauréat d’un concours similaire au programme Rising Star organisé en 2013 par l’Académie de l’espace AXE Apollo, attend toujours de tutoyer les étoiles.


 

BSIP/AFP

© BSIP/AFP

Santé : une potion magique contre le palu

Avec 212 millions de cas et 429 000 décès dans le monde en 2015, le paludisme, transmis par certains moustiques, reste l’un des pires fléaux en matière de santé publique. Mais l’espoir est en train de naître : après un premier avis favorable de l’Agence européenne du médicament (EMA), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné son feu vert pour le test à grande échelle d’un vaccin antipaludique, le Mosquirix (ou RTS, S), développé par le géant britannique de l’industrie pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK).

Des essais seront lancés en Afrique subsaharienne à partir de 2018. Partiellement efficace, son utilisation n’exemptera pas les patients d’avoir recours aux autres modes de protection (moustiquaires, insecticides…), grâce auxquels le taux de mortalité a pu être diminué de 60 % depuis l’an 2000.


 

Bruno LEVY pour JA

Carlos Lopes, secrétaire exécutif de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique à RFI.A Issy les Moulineaux, le 4 avril 2014.Photo de Bruno Levy © Bruno LEVY pour JA

Guinée-Bissau : Carlos Lopes, l’afroréaliste

Pendant ses quatre années à la tête de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), entre 2012 et octobre 2016, Carlos Lopes a marqué le monde économique africain, ne cessant de porter sur la place publique des débats fondamentaux pour l’avenir du continent, notamment sa transformation économique et son industrialisation.

Jonglant avec l’anglais, le français, l’espagnol et le portugais, le Bissau-Guinéen a conjugué l’habileté du diplomate et la franchise du chercheur, déjouant les prévisions de ceux qui trouvaient difficilement conciliables sa fonction à la CEA et sa liberté de parole.

Désormais délesté de ses responsabilités onusiennes, l’économiste, âgé de 59 ans, s’est installé en Afrique du Sud, où il enseigne à l’Université du Cap, tout en conseillant Paul Kagame, le président rwandais, dans la réforme de l’Union africaine. Avec toujours le même leitmotiv : celui de la parole vraie, car pour lui l’afro-optimisme est aussi dangereux que l’afropessimisme.


 

PIUS UTOMI EKPEI/AFP

Ngozi Dozie fondeur du Neo Cafe. © PIUS UTOMI EKPEI/AFP

Nigeria : un entrepreneur fort de café

Ancien banquier chez J.P. Morgan, Ngozi Dozie a le sens des affaires. Il a quitté Londres et retrouvé son frère Chijoke à Lagos pour fonder la chaîne Cafe Neo. Le Starbucks nigérian offre à sa clientèle de « repats » les expressos, mochas et autres Frappuccino qu’elle appréciait sous d’autres cieux. La chaîne joue la carte locale pour faire la différence, en proposant aux Africains du café africain, torréfié par des Africains. Onze établissements ont déjà ouvert leurs portes (dix au Nigeria et un au Rwanda) et ils devraient être 40 d’ici à quatre ans sur tout le continent.


 

SAUL LOEB/AFP

© SAUL LOEB/AFP

Téléphonie : un continent connecté

En l’an 2000, les opérateurs de télécoms n’en croyaient déjà pas leurs chiffres : 16 millions de puces étaient en service en Afrique. Dix-sept ans plus tard, le résultat dépasse leurs plus folles espérances puisqu’on compte 1 milliard de cartes SIM en circulation sur tout le continent. Le taux de pénétration du téléphone portable, de 74 % en 2014, flirte aujourd’hui avec les 100 %. Les ventes de smartphones représentaient quant à elles au deuxième trimestre de 2016 plus de 40 % des téléphones mis en circulation. Allô l’Afrique ?


 

Jacques Torregano/Divergence

CEMOI Unité de production de chocolat en pâte, Abidjan, Côte d'Ivoire. Mars 2016
© Jacques Torregano pour JA © Jacques Torregano/Divergence

Transformation : médaille en chocolat

Le pays du cacao devient aussi celui du chocolat. Bien sûr, la Côte d’Ivoire n’a pas attendu l’arrivée du français Cémoi pour fabriquer ses premières tablettes ces dernières années, mais la construction par le premier chocolatier français de sa propre usine dans les faubourgs d’Abidjan, pour un investissement de 6 millions d’euros, devrait doper la production nationale dès cette année.

Capable de produire jusqu’à 10 000 tonnes par an, l’unité ne tourne encore qu’à un dixième de ses capacités, mais elle devrait trouver son rythme de croisière au fil des mois. Avec l’objectif d’approvisionner un marché local qui n’absorbe encore que 50 g de chocolat par personne et par an, contre plus de 8 kg en Europe. Avant de séduire les 350 millions de consommateurs potentiels d’Afrique de l’Ouest.


 

DR

Depuis quinze ans, Gisèle Etamé-Loé creuse son sillon sur le marché du médicament générique. C’est pour rendre les traitements accessibles au plus grand nombre que cette ancienne cadre d’Upsa et de Rhône-Poulenc a lancé son propre laboratoire, Genemark, à Douala. Avec ses produits vendus 20 % à 50 % moins cher que les originaux, cette pharmacienne de 49 ans est en train de gagner son pari. Certes, son entreprise ne représente encore que 3 % du marché camerounais, mais son chiffre d’affaires progresse de 14 % en moyenne chaque année, alors que Genemark approvisionne également le Tchad, la Guinée équatoriale et la République centrafricaine. En plus des sirops et des comprimés déjà produits, la société camerounaise devrait proposer ses premiers antibiotiques dès 2018.© DR © DR

Cameroun : Gisèle Etamé aux petits soins

Depuis quinze ans, Gisèle Etamé-Loé creuse son sillon sur le marché du médicament générique. C’est pour rendre les traitements accessibles au plus grand nombre que cette ancienne cadre d’Upsa et de Rhône-Poulenc a lancé son propre laboratoire, Genemark, à Douala. Avec ses produits vendus 20 % à 50 % moins cher que les originaux, cette pharmacienne de 49 ans est en train de gagner son pari.

Certes, son entreprise ne représente encore que 3 % du marché camerounais, mais son chiffre d’affaires progresse de 14 % en moyenne chaque année, alors que Genemark approvisionne également le Tchad, la Guinée équatoriale et la République centrafricaine. En plus des sirops et des comprimés déjà produits, la société camerounaise devrait proposer ses premiers antibiotiques dès 2018.


 

Gwenn DUBOURTHOUMIEU pour Jeune Afrique

Le supermarché Shoprite d'Abuja, capitale du Nigeria, le 23 mai 2014. © Gwenn DUBOURTHOUMIEU pour Jeune Afrique

Fusion : naissance d’un géant de la distribution

Le milliardaire sud-africain Christoffel Wiese l’avait annoncée comme « naturelle ». La fusion entre l’enseigne alimentaire ShopRite et le spécialiste de l’ameublement et de la distribution Steinhoff, détenus respectivement, selon le Financial Times, à hauteur de 16 % et 18 % par le tycoon de 75 ans, n’a jamais été aussi proche. L’année 2017 doit marquer le rapprochement des activités africaines de ces deux groupes sous le nom d’Africa Retail.

À terme, ce nouveau géant de la grande distribution pèserait plus de 30 milliards de dollars et se hisserait parmi les plus grandes entreprises africaines, hors mines et hydrocarbures. Avec quelque 9 000 magasins à travers le monde, il ferait son entrée dans le club très fermé des poids lourds du secteur, en compagnie du mastodonte américain Walmart, champion du monde en matière de chiffre d’affaires.


 

Sylvain Cherkaoui pour JA

Le protocole d'Abidjan sur le free-roaming en Afrique de l'Ouest a été signé le 31 mars. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Des smartphones made in Johannesburg

Les premiers Android africains vont être assemblés dans les tout premiers mois de 2017. La start-up sud-africaine Onyx Connect a conclu un accord avec Google pour produire à Johannesburg les premiers appareils sous licence du géant américain. Onyx s’approvisionnera en Chine pour ses composants afin d’être en mesure de proposer un téléphone à 30 dollars. D’autres projets sur le continent pourraient suivre, notamment la production de tablettes et d’ordinateurs portables.


 

Donald Bowers/Getty Images for Shared Interest/AFP

Jehiel Oliver. © Donald Bowers/Getty Images for Shared Interest/AFP

Nigeria : tracteur par SMS

Quand on n’a pas de tracteur à soi, pourquoi ne pas en louer un ? C’est l’idée de Jehiel Oliver. En plus d’avoir conçu un tracteur à bas coût, cet entrepreneur de 33 ans a également développé l’application qui permet de le mutualiser via SMS. Implantée à Abuja, sa société, Hello Tractor, créée en 2014, compte bien vendre mille de ces véhicules.


 

Oleksandr Rupeta/NurPhoto/AFP

Wild on Colour is the fourth festival of electronic music in Windhoek, Namibia on April 30, 2016. Visitors colour each other with holi powder during the open-air party. (Photo by Oleksandr Rupeta/NurPhoto) © Oleksandr Rupeta/NurPhoto/AFP

Électro : au paradis des noctambules

Nouveaux clubs au Maroc et en Tunisie, soirées spécialisées en Afrique de l’Ouest et véritable extase en Angola et en Afrique du Sud : la musique électronique a conquis le public – surtout depuis que le matériel informatique est devenu abordable. Des Sud-Africains Black Coffee et Culoe de Song à l’Angolais DJ Satelite en passant par le Sénégalais Ibaaku, le Marocain Amine K ou le Tunisien Benjemy, ses ambassadeurs font entendre leurs inspirations orientales, mandingues ou afro-beat.

En s’appuyant sur les DJ des diasporas française, anglaise ou allemande, ils ont même conquis toute une génération de producteurs européens. Au point que Le Cap et Johannesburg figurent désormais au rang des rendez-vous incontournables de la génération électro.


 

Nariman El-Mofty/AP/SIPA

Basma Abdel-Aziz. © Nariman El-Mofty/AP/SIPA

Égypte : Basma Abdel Aziz, le nouveau Kafka

Elle est comparée à George Orwell ou à Franz Kafka pour l’ambiance surréaliste qui règne dans son premier roman, The Queue. À 39 ans, Basma Abdel Aziz est considérée comme la figure de proue d’un style littéraire encore peu en vogue au Moyen-Orient : la science-fiction.

Son roman décrit l’attente interminable dans l’hôpital d’une ville arabe inconnue, un soir d’insurrection populaire. À travers une situation ubuesque, la psychiatre égyptienne dépeint une société peut-être pas si éloignée de ce qu’elle peut connaître au Caire.


 

Matt Rourke/AP/SIPA

Enregistrement d'un "mooc" (Massive open online course) à l'université de Pennsylvanie, aux États-Unis, le 30 mai 2013. © Matt Rourke/AP/SIPA

Formation : Moocs attaque !

L’Afrique tourne ses premiers moocs (massive open online courses). Ces cours en ligne gratuits, donnés par des universitaires, bouleversent la diffusion de l’enseignement supérieur dans le monde. Les experts suisses de l’École polytechnique de Lausanne (EPFL) se sont déplacés fin 2016 à Yamoussoukro pour que les enseignants de l’Institut national polytechnique Félix-Houphouët-Boigny puissent produire intégralement les premiers moocs africains dans les prochains mois. Révolution en marche !


 

Erica Larrayadieu/Africa Ceo Forum/J.A

Richard Bielle, Président du directoire de CFAO, lors du Africa CEO Forum 2016 à Abidjan en mars 2016. © Erica Larrayadieu/Africa Ceo Forum/J.A

Distribution : CFAO rêve en grand

Après son arrivée très remarquée dans la grande distribution à Abidjan avec le PlaYce Marcory, ouvert fin 2015, CFAO a prévu de récidiver dès cette année avec la construction de deux nouveaux malls dans la capitale économique ivoirienne, dans les quartiers populaires de Bingerville et de Yopougon. En fin d’année, le groupe franco-japonais a également prévu de mettre un pied au Cameroun, avec un centre commercial à Douala.

Mais à plus long terme, CFAO rêve d’un destin panafricain et envisage d’ouvrir plusieurs dizaines d’enseignes PlaYce du Sénégal à la RD Congo, en passant par le Ghana, le Nigeria, le Gabon ou le Congo. Le tout pour un investissement total estimé à 1 milliard d’euros.


 

MENA/XINHUA-REA

© MENA/XINHUA-REA

Échanges : en zone libre

C’est écrit et signé depuis 2015. L’Afrique va accueillir cette année sa première zone de libre-échange à grande échelle. Cette Tripartite Free Trade Area (TFTA) regroupera 27 pays : les membres du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), ceux de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) et ceux de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Ce devrait être la première étape d’un projet de dimension panafricaine, qui devrait également regrouper à terme les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale pour former la Zone de libre-échange continentale (ZLEC).


 

Menoba Abel Aimé pour JA

Rebecca Enonchong. PDG d'AppsTech- logiciels de gestion © Menoba Abel Aimé pour JA

Cameroun : Rebecca Enonchong, yes she cam !

À 49 ans, Rebecca Enonchong est l’étoile montante du secteur privé camerounais. Depuis quinze ans, elle collectionne les prix prestigieux, de New York à Davos, pour son esprit d’entreprise et son sens de l’innovation.

Créée en 1999 et spécialisée dans les logiciels de gestion, sa société AppsTech est présente dans une cinquantaine de pays. Élevée aux États-Unis, elle aide aujourd’hui le Cameroun à surfer sur la vague des nouvelles technologies. Avant de s’intéresser à l’ensemble de l’Afrique ? « C’est à ma génération de participer au développement du continent », estime-t‑elle.


 

 ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

Hindou Oumarou Ibrahim © ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA

Tchad : chantre de l’environnement

Assez de négociations, place à l’action ! Voilà comment pourrait être résumé le discours que tient depuis plus de dix ans Hindou Oumarou Ibrahim. À 32 ans, elle sait de quoi elle parle puisqu’elle est aux premières loges des changements climatiques qui grignotent le lac Tchad : modifications des précipitations, désertification, déplacement des populations… Porte-parole de l’Association des femmes peules autochtones du Tchad depuis sa création en 1999, Hindou Oumarou Ibrahim sait se faire entendre.


 

xiaoliangge - Fotolia

© xiaoliangge – Fotolia

Communications : un monde au bout du fil

Depuis dix ans, l’Afrique tisse des liens invisibles pour communiquer avec le reste de la planète à la vitesse de la lumière. De gros câbles en fibre optique, véritables autoroutes de l’information, reposent au fond des océans et relient le continent à l’Europe, au golfe Persique ou encore à l’Inde. Dernière connexion en date, celle que vient de lancer Angola Cable entre Luanda et les États-Unis via le Brésil, dont la mise en service est prévue pour 2018.


 

Tom Saater/Bloomberg via Getty Images

Le milliardaire Aliko Dangote, chief executive officer of Dangote Group, gestures after signing a factory construction contract with Sinoma International Engineering Co. Ltd. in Lagos, Nigeria, on Wednesday, Aug. 26, 2015. Dangote Cement, controlled by Africas richest man, Aliko Dangote, is seeking to grow sales and protect market share in Nigeria, while rapidly expanding elsewhere in sub-Saharan Africa. Photographer: Tom Saater/Bloomberg via Getty Images © Tom Saater/Bloomberg via Getty Images

Nigeria : Dangote, de l’or noir en barre

Début 2016, le Nigérian Aliko Dangote était, avec 15,4 milliards de dollars, l’Africain le plus riche et la 51e fortune mondiale, selon le magazine américain Forbes. Son nom, inscrit sur tous les produits commercialisés par son groupe multisectoriel, est connu et reconnu par tous ses compatriotes, pour qui il est l’image vivante du self-made-man – même s’il est l’héritier d’une riche famille de commerçants haoussas du Nord.

2017 s’annonce déjà comme une année charnière pour l’homme d’affaires, qui fait son entrée dans le secteur pétrolier en lançant la construction d’une mégaraffinerie, près de Lagos, pour 9 milliards de dollars. Un investissement énorme qui pourrait permettre au groupe Dangote de figurer à terme dans le top 100 mondial des plus grandes entreprises. Comme Dangote lui-même l’avait annoncé dès 2014.


 

Peter Lindbergh pour le Calendrier Pirelli 2017

Lupita Nyongo pour le Calendrier Pirelli 2017 © Peter Lindbergh pour le Calendrier Pirelli 2017

Kenya : Lupita prend la pose

Depuis son sacre aux oscars de 2014 pour son rôle dans Twelve Years a Slave, Lupita Nyong’o est partout. Elle a même posé pour l’édition 2017 du célèbre calendrier Pirelli… Côté cinéma, la Mexicano-Kényane de 33 ans incarne une nouvelle fois le personnage de Maz Kanata dans Star Wars, épisode VIII.


 

Per-Anders Pettersson/Getty Images/AFP

Ouvriers chinois en 2007 à Dondo, à 200 kilimètres de Lunanda. © Per-Anders Pettersson/Getty Images/AFP

Industrie : un grand bond en avant

En 2015, la Chine prévoit de délocaliser, dans les prochaines années, 85 millions d’emplois industriels à l’étranger pour conserver sa compétitivité. Les premières installations d’usines ont déjà commencé au Vietnam et au Bangladesh. Mais c’est l’Afrique qui pourrait bien en récolter la majeure partie, grâce à des coûts de production en moyenne six fois inférieurs à ceux pratiqués dans l’empire du Milieu.

Déjà, les accords sur la création de vastes zones économiques spéciales destinées à recevoir les futures usines se multiplient en Zambie, en Égypte, au Nigeria, à Maurice et surtout dans la Corne de l’Afrique. Djibouti attend plus de 250 000 créations d’emplois dans les toutes prochaines années et l’Éthiopie plusieurs millions.

Entre les aménagements dans le port de Djibouti, la construction de voies ferrées et de routes et la mise en place de zones logistiques et industrielles en Éthiopie, les investissements chinois viennent de dépasser les 10 milliards de dollars (près de 10 milliards d’euros) dans la région. Et c’est tout un continent qui se prend à rêver d’un nouvel âge industriel.


 

Wikimédia commons

Le pétrole représente 65% du PIB du Congo-Brazza. © Wikimédia commons

Pétrole : les belles promesses congolaises

En berne depuis 2010, la production pétrolière du Congo va enfin repartir à la hausse dans les prochains mois. Le gisement offshore de Moho Nord, exploité par le français Total, va entrer en production et doper les volumes avec plus de 100 000 barils supplémentaires par jour.


 

FADEL SENNA/AFP

Mustapha Bakkoury, President of the Moroccan agency of solar energy "MASEN", speaks during the first edition of the "Solar Festival" on October 18 ,2014 in Ouarzazate . AFP PHOTO / FADEL SENNA / AFP PHOTO / FADEL SENNA © FADEL SENNA/AFP

Maroc : Mustapha Bakkoury, et la lumière fut

À 52 ans, Mustapha Bakkoury est à la fois un banquier reconnu et un homme politique expérimenté. Sorti des Ponts et Chaussées, passé par BNP Paribas et ses filiales marocaines, il est depuis un an le président de la Région Casablanca-Settat, qu’il ne cesse de vouloir développer. Il est aussi et surtout, depuis 2009, président du directoire de la Moroccan Agency for Sustainable Energy (Masen).

Fierté du Maroc, cette superstructure gouvernementale pilote l’ensemble des projets solaires et éoliens en cours de développement dans le royaume. À commencer par le programme Noor [« lumière »] qui, pour un budget de 8,6 milliards d’euros, doit assurer la production de 52 % de l’électricité consommée dans le pays à l’horizon 2030. Un chantier ambitieux, confié à l’un des sujets les plus brillants du royaume chérifien.


 

DR

Paul Midy, patron de Jumia Travel. © DR

E-commerce : une arrivée à pas de fourmi

À l’heure d’internet, même la place du village et ses commerçants sont en ligne. Malgré un contexte économique plus difficile, Jumia, pour l’ensemble du continent, ou Konga, au Nigeria, confirment l’appétit des consommateurs pour ce nouveau mode de shopping. Reste que les contraintes de stockage et de livraison et le manque de solutions de paiement électronique rendent plus complexe en Afrique que partout ailleurs le développement de cette activité.

CDiscount en a fait les frais cette année. Après avoir ouvert en 2014 ses services au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Sénégal, la filiale de Casino, également affaiblie par ses pertes au Brésil, a plié bagage. Mais à chaque départ succède l’arrivée de nouveaux acteurs, comme l’américain Dubli, qui compte faire du Maroc son hub africain.


 

Johannes EISELE/AFP

Wayde van Niekerk. © Johannes EISELE/AFP

Afrique du Sud : plus rapide que la Foudre ?

Le 14 août 2016, Wayde Van Niekerk devenait champion olympique et battait le record du monde du 400 mètres, détenu depuis dix-sept ans par l’Américain Michael Johnson. Sous l’œil d’Usain Bolt, le Sud-Africain venait d’entrer dans l’histoire de l’athlétisme, à tout juste 24 ans.

Si Van Niekerk veut surpasser son aîné jamaïcain, il lui faut maintenant aller le titiller sur ses plates-bandes du 200 mètres. Par exemple aux championnats du monde d’août 2017 à Londres, dernière grande compétition avant que la « Foudre » ne mette un terme à sa carrière.


 

Heatherwick Studio

© Heatherwick Studio

Musée : un écrin pour l’art contemporain

Le projet de l’Allemand Jochen Zeitz, ancien PDG de la marque Puma, est certainement l’un des plus attendus en 2017. Son Zeitz Mocaa (Zeitz Museum of Contemporary Art Africa) ouvrira à l’automne sur le front de mer du Cap. Évalué à 38 millions de dollars et pensé par les studios Heatherwick, le musée d’art contemporain occupera le Grain Silo, qui fut longtemps l’un des plus grands bâtiments d’Afrique subsaharienne, avec ses 42 tubes de béton colossaux et ses 9 500 m2.

Les salles du musée n’abriteront aucune œuvre antérieure à l’année 2000. Réunissant des créations d’artistes sud-africains tels que Mohau Modisakeng, Stefan Blom et Zanele Muholi, Le Cap a toutes les chances de devenir le nouveau centre de gravité de l’art contemporain en Afrique.


 

Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

L'écovillage de Tafilelt a reçu le 1er Prix de la ville durable lors de la COP22, en novembre à Marrakech. © Mosa’ab Elshamy/AP/SIPA

Développement durable : l’écovillage algérien

Modernité, patrimoine architectural, écologie… Le ksar (village fortifié) Tafilelt remplit les nombreux défis lancés voilà vingt ans par son concepteur, Ahmed Nouh, pharmacien à Beni Isguen. Situé dans la vallée du Mzab, à 550 km au sud d’Alger, cet écovillage de 22 ha a été construit sur les hauteurs d’une colline de roche calcinée, pour mieux préserver les rares oasis qui ont pu résister à l’avancée du béton.

Plus d’un millier de maisons ont aujourd’hui poussé dans le désert, dans un respect total de l’environnement. Première cité écologique du pays, voire du continent, le ksar dispose d’un système de traitement des eaux usées pour arroser les jardins qui constituent sa ceinture verte, du tri collectif des déchets ménagers et d’un centre de compostage pour produire terreau et compost. Cette expérience unique a été récompensée du 1er Prix de la ville durable lors de la COP22, en novembre à Marrakech.


 

REX/REX/SIPA

Chimamanda Ngozi Adichie. © REX/REX/SIPA

Nigeria : succès sans frontière

Avec trois romans (L’Hibiscus pourpre en 2003, L’Autre Moitié du soleil en 2006 et Americanah en 2013), un recueil de nouvelles (Autour de ton cou, 2009) et un essai sur le féminisme, la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, 39 ans, est devenue en dix ans l’une des romancières les plus bankable du moment.

Ses livres sont traduits dans une trentaine de langues et l’adaptation cinématographique de son dernier récit, avec Lupita Nyong’o dans le rôle principal, sortira bientôt. Elle qui partait avec le triple handicap d’être jeune, femme et noire a sans doute ouvert la voie à toute une génération d’auteurs à laquelle les éditeurs prêtent désormais une grande attention.


 

Matt Slocum/AP/SIPA

Joel Embiid. © Matt Slocum/AP/SIPA

Basket-ball : les as du dunk

Philadelphie, États-Unis, 19 décembre. Le brouhaha est indescriptible au Wells Fargo Center alors que les locaux viennent de s’imposer 108 à 107 face aux Brooklyn Nets dans le championnat de basket nord-américain, la NBA. Les acclamations du public sont pour Joel Embiid. Le Camerounais vient d’inscrire 33 points, son record en carrière ! Pour sa première saison professionnelle, il est l’Africain qui impressionne.

Et il est loin d’être le seul. En 2016-2017, quatorze joueurs du continent participent au fameux championnat (sur 113 non-Américains répertoriés). Emmanuel Mudiay, de RD Congo, le Camerounais Luc Mbah a Moute, le Tunisien Salah Mejri, le Sénégalais Gorgui Dieng, le Malien Cheikh Diallo…

Jamais les Africains n’ont été aussi nombreux dans la ligue, et elle semble bien loin, l’époque où seul le pivot nigérian Hakeem Olajuwon, auréolé du titre de champion avec les Rockets de Houston en 1994 et 1995, martyrisait le cercle. Et la NBA n’a pas l’intention d’abandonner un tel vivier de talents.


 

 Twitter

7610.HR.jpg © Twitter

Côte d’Ivoire : Florent Imany, l’humour 2.0

« On va s’adapter, on n’a pas le choix, on s’en bat les couilles… » C’est avec ce message adressé aux terroristes après les attentats de Bruxelles, le 22 mars, que Florent Imany, plus connu sous le nom d’Observateur, s’est fait connaître des réseaux sociaux.

Volontiers vulgaire, traitant les jihadistes de « branleurs », l’humoriste ivoirien a affolé Facebook : sa vidéo a aujourd’hui été vue plus de 6 millions de fois. Star de Snapchat, il s’impose aujourd’hui sur la chaîne Youtube avec les aventures de Kouakou en France, histoire absurde d’un jeune homme forcé d’épouser une Blanche. Rire jaune garanti !


 

Camille MILLERAND pour JA

Imane Ayissi, créateur de mode, chez lui à Paris le 27 mars 2014.Photo de Camille Millerand © Camille MILLERAND pour JA

Cameroun : Imane Ayissi, très, très haute couture

À 48 ans, Imane Ayissi ne manque pas de style. Fils d’une Miss Cameroun et ancien danseur, il trouve vite le rythme et, à peine débarqué à Paris, au début des années 1990, il défile pour le gratin de la mode, de Dior à Saint Laurent. Ce caméléon descend alors des podiums pour imposer sa propre griffe.

Entre élégance française et fondamentaux du vestiaire africain, il fait la part belle aux textiles naturels et au mouvement, à grand renfort de plissés et de drapés. La notoriété, il la touche du doigt en 2015, lors de la Semaine de la haute couture de Paris. Mais c’est avec sa collection printemps-été 2017, baptisée Asseulènn et estampillée écoresponsable, qu’il assoit son succès.

Fermer

Je me connecte