Justice

Cameroun – Affaire Eseka : Camrail ne se presse pas

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le train Yaoundé-Douala, qui a déraillé le 21 octobre 2016 à Eseka, au Cameroun.

Le train Yaoundé-Douala, qui a déraillé le 21 octobre 2016 à Eseka, au Cameroun. © AP/SIPA

Un mois et demi après la catastrophe ferroviaire d’Eseka (79 morts), les collectifs de victimes exigent réparation.

Leurs avocats tentent, sans succès pour le moment, d’obtenir de Camrail et de ses actionnaires – le groupe Bolloré en tête – des informations sur les polices d’assurance qu’ils ont contractées, afin d’évaluer le montant des indemnités susceptibles de leur être réclamées.

« Ce montant dépassera forcément les 150 millions d’euros que Trafigura (l’armateur du Probo Koala, qui avait répandu 528 m3 de déchets toxiques à Abidjan en 2006) avait versés à l’État ivoirien, confie un proche du dossier. Une somme inférieure apparaîtrait comme dérisoire, ne serait-ce qu’en raison de l’ancienneté des liens qui unissent Camrail à l’économie camerounaise. »

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte