Justice

Mali : mais où ira Ahmad al-Mahdi ?

Ahmad Al Mahdi Al Faqi  à la Cour pénale internationale le 30 septembre 2015.

Ahmad Al Mahdi Al Faqi à la Cour pénale internationale le 30 septembre 2015. © Robin van Lonkhuijsen / AP / SIPA

Deux mois et demi après sa condamnation à neuf ans de prison pour la destruction des mausolées de Tombouctou, le Malien Ahmad al-Mahdi s’apprête à quitter la prison de la CPI, à La Haye, et à purger sa peine loin des Pays-Bas.

« Plusieurs pays africains, arabes et européens sont prêts à l’accueillir, indique une source proche du Touareg. Il n’a pris aucune décision pour l’instant, il demande conseil à ses amis ».

Si la Cour ne confirme pas cette information, un collaborateur de la procureure Fatou Bensouda précise que « les condamnés ne sont en principe jamais détenus à La Haye, sauf si aucun État n’a accepté de les recevoir », et qu’il est prévu que les personnes condamnées définitivement soient « détenues par un État partie » au Statut de Rome.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte