Justice

Biens mal acquis : France vs Guinée équatoriale, la suite

Le fils du président équato-guinéen Teodoro Nguema Obiang Mangue devant l'Assemblée générale de l'ONU, le 30 septembre 2015 (photo d'illustration).

Le fils du président équato-guinéen Teodoro Nguema Obiang Mangue devant l'Assemblée générale de l'ONU, le 30 septembre 2015 (photo d'illustration). © Frank Franklin II/AP/SIPA

C'est la fin du premier volet d’une longue bataille judiciaire.

Dans sa décision du 7 décembre, la Cour internationale de justice (CIJ) a reconnu le caractère diplomatique de l’immeuble parisien de l’avenue Foch – immeuble que la France soupçonne Teodoro Nguema Obiang Mangue d’avoir acquis pour son usage personnel.

D’ici au 3 janvier 2017, Malabo doit remettre à la CIJ ses arguments tendant à prouver que le fils du président équato-guinéen bénéficiait d’une immunité diplomatique lors de sa mise en examen dans le cadre de l’affaire dite des « biens mal acquis ». Cela le mettrait à l’abri d’une éventuelle condamnation.

La France aura ensuite six mois pour présenter des arguments contraires.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte