Elections
De g. à dr. : Daniel Kablan Duncan, Mabri Toikeusse, Patrick Achi, Hamed Bakayoko, Pascal Affi N’Guessan, Amadou Gon Coulibaly, Jeannot Ahoussou-Kouadio, Maurice Kakou Guikahué. Assis, de g. à dr. : Guillaume Soro et Adama Bictogo. © ILLUSTRATION LAURENT BLACHIER POUR JA (PHOTOS VINCENT FOURNIER/JA ; ISSOUF SANOGO/AFP ; OLIVIER/JA ; BRUNO LEVY/JA)

Cet article est issu du dossier

Législatives ivoiriennes : en ordre de bataille

Voir tout le sommaire
Politique

Côte d’Ivoire : à Yamoussoukro, la revanche de Kouassi Kouamé Patrice

Singulier, le cas de Yamoussoukro n’en est pas moins révélateur du bouleversement politique actuel.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 décembre 2016 à 11:10

L’hôtel Président est l’une des réalisations emblématiques de l’ère Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro, son village natal érigé en capitale de la Côte d’Ivoire. © Philippe Guionie/Myop pour J.A.

Désigné candidat par le PDCI, Kouassi Kouamé Patrice (KKP) a préféré se présenter en indépendant en pays baoulé. Un choix d’autant plus regrettable pour le parti d’Henri Konan Bédié que lors des tractations avec le RDR à propos de la liste commune RHDP, le PDCI avait accepté de céder un siège à Cocody pour conserver l’investiture à Yamoussoukro, la ville natale de Félix Houphouët-Boigny.

Résultat, c’est Ibrahim Koné qui défendra les couleurs de la coalition au pouvoir. Ce dernier a été successivement secrétaire départemental du RDR à Yamoussoukro et à Gagnoa. KKP, lui, était le candidat du PDCI aux législatives de 2011. Il s’était incliné face à Augustin Thiam, gouverneur de la capitale administrative depuis 2011 et neveu d’Houphouët-Boigny rallié à Alassane Ouattara au début des années 2000. Il ne se représente pas cette année.