Dossier

Cet article est issu du dossier «Sénégal : objectif 2017»

Voir tout le sommaire
Médias

Sénégal : les 9 stars du #kebetu

Logo de Twitter. © Esther Vargas / Flickr creative commons

Incontournables dans la twittosphère « galsen », ces neuf mousquetaires s’endorment et se réveillent un smartphone à la main.

On les qualifie souvent de blogueurs, même s’ils n’ont généralement pas le temps de bloguer. « Africtivistes » digitaux, forçats du tweet, vissés vingt-quatre heures sur vingt-quatre à leur téléphone ou à leur tablette, ils gazouillent sur tous les sujets, de la culture au procès de Hissène Habré, des élections aux fêtes religieuses. Portraits express des principaux webactivistes du Sénégal.

Demba Guèye (@dembagueye) et Basile Niane (@basileniane)

Initiateur du hashtag #kebetu (« gazouiller », « soliloquer », en wolof), Demba Guèye, consultant digital qui promeut l’entrepreneuriat par les nouvelles technologies, est l’un des Africtivistes les plus suivis de la twittosphère sénégalaise. Avec son complice Basile Niane, consultant, formateur et social media manager, ils sont les « techpreneurs » de référence du web « galsen ».

Moussoukoro Diop (@mamouchkadiop)

Féministe digitale, Moussoukoro Diop poste sur les femmes qui, comme elle, se sont fait une place dans l’univers des nouvelles technologies. Cette digital manager relaie également diverses campagnes de sensibilisation, concernant par exemple les violences faites aux femmes ou la promotion de l’e-citoyenneté. Sénégalaise jusqu’au bout des ongles, bien que métisse d’origines malienne, guinéenne et gambienne, elle aime aussi partager ses coups de cœur au pays de la Teranga.

Xuman (@gunmanxuman)

Fondateur du JT rappé avec son compère Keyti, celui qui se définit comme « edutainer et éducateur musical du Front révolutionnaire organisé pour l’instauration d’un système sain (Froiss) » est l’un des twitteurs les plus suivis du pays. Souvent sarcastiques, les posts de Xuman abordent divers sujets : politique, société, art et actualité internationale.

Aïsha Dème (@DemeAisha)

En 2009, la jeune informaticienne férue de culture abandonne son emploi dans une banque pour fonder le portail web Agendakar – devenu une référence –, qui répertorie tous les événements culturels de la capitale. Aujourd’hui consultante, Aïsha Dème, activiste culturelle de premier plan, continue de partager quotidiennement sa passion sur Facebook et Twitter.

Aisha Dabo (@mashanubian)

Son compte est une fenêtre ouverte sur le continent. En français ou en anglais, la Gambienne Aisha Dabo twitte en priorité sur les droits de l’homme, l’autonomisation des femmes et la gouvernance. Ces derniers mois, elle a accordé une attention particulière aux révisions constitutionnelles controversées permettant à certains chefs d’État de prolonger leur mandat.

 

YOURI LENQUETTE POUR JA

Aisha Dabo. © YOURI LENQUETTE POUR JA

Cheikh Fall (@cypher007)

Figure emblématique des cyberactivistes sénégalais, ce théoricien de la « citoyenneté augmentée » s’est fait un nom pendant la campagne électorale de 2011-2012. Alors que le président sortant, Abdoulaye Wade, entend imposer sa candidature pour un troisième mandat, Cheikh Fall lance la plateforme Sunu2012 afin d’inciter ses compatriotes à utiliser les réseaux sociaux comme outil de veille citoyenne. Smartphone à la main, des manifestations anti-Wade aux bureaux de vote, Cheikh et ses disciples ont fait de cette élection la première de l’ère digitale.

YOURI LENQUETTE POUR JA

Cheikh Fall. © YOURI LENQUETTE POUR JA

Papa Ismaila Dieng (@aliamsi)

Journaliste indépendant, coordinateur du réseau des blogueurs du Sénégal, Papa Ismaila Dieng a notamment chroniqué ou live-twitté quotidiennement les deux procès-fleuves qui se sont tenus à Dakar depuis 2014 : ceux de Karim Wade et de Hissène Habré. Souvent ironiques, voire mordants, ses tweets évoquent régulièrement les petits travers de ses compatriotes et de la classe politique.

Fatima Zahra Sall (@TiiimTim)

Twitteuse inclassable à l’humour ravageur, elle alterne aphorismes, saillies au troisième degré et discussions sans fin avec ses followers. Au gré de ses humeurs, Fatima Zahra Sall parle de mode, de la pression des fêtes religieuses et des mille et une facettes de la vie quotidienne au Sénégal. Militante socialiste hostile à la direction du parti, cette jeune Halpulaar multiplie également les piques assassines contre ses bêtes noires en politique, toutes tendances confondues.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte