Environnement

Déchets : Pizzorno attend le futur ministre marocain de l’Intérieur

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Rue de Casablanca.

Rue de Casablanca. © Ronald Woan/ Flickr creative commons

Le spécialiste français de la collecte de déchets Pizzorno attend impatiemment la nomination du nouveau ministre marocain de l’Intérieur.

Tous les ans en décembre, les responsables du groupe fondé par Francis Pizzorno ont rendez-vous avec son administration pour faire avancer le règlement d’impayés de diverses communes. Au total, l’ardoise s’élève à… 30 millions d’euros ! Dont 5,2 millions d’euros pour Casablanca, 3 millions pour Al Hoceima, 2,2 millions pour Ifrane, etc.

Alors que le groupe a cessé de répondre aux appels d’offres dans les collectivités mauvaises payeuses, il a décidé de faire de Rabat-Salé-Témara la vitrine de son investissement au Maroc. Le groupe, dont la concession court encore pour dix ans, vient ainsi d’inaugurer sur le site d’enfouissement de déchets d’Oum Azza une seconde unité de tri dernier cri. Le contrat devrait toutefois être prochainement révisé à la hausse, le prix à la tonne (6 euros) ne permettant pas de rentabiliser l’outil.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte