Politique

Algérie : face aux attaques d’Amar Saadani, Saïd Bouteflika soutient le général Toufik

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Amar Saadani

Amar Saadani © Sidali Djarboud/AP/SIPA

Les accusations proférées le 5 octobre par Amar Saadani, l’ex-secrétaire général du FLN, à l’encontre du général à la retraite Mohamed Mediène, alias Toufik, ont fortement indisposé l’entourage du président Bouteflika.

Quelques heures après la conférence de presse au cours de laquelle Saadani accusait Toufik d’être un suppôt de la France et l’instigateur des événements tragiques qui firent une vingtaine de morts à Ghardaïa en 2015, Saïd Bouteflika, frère du chef de l’État et conseiller spécial à la présidence, a téléphoné à Mediène pour se désolidariser de ces attaques.

« Nous sommes abasourdis par ces propos », a-t-il confié en substance à son interlocuteur. Patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS, services secrets, dissous en 2016) pendant vingt-cinq ans, Toufik a été mis à la retraite en septembre 2015.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer