Diplomatie

Union africaine : que le meilleur gagne !

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 19h27
Au siège de l’Union africaine, à Addis-Abeba.

Au siège de l’Union africaine, à Addis-Abeba. © Pan Siwei/XINHUA-REA

Les cinq postulants à la présidence de la Commission de l’Union africaine – la Somalie ayant retiré la candidature de Fowsiyo Yusuf Haji Adan – ont profité du sommet extraordinaire de l’UA sur la sécurité maritime, le 15 octobre à Lomé, pour faire campagne.

Présents en leur qualité de ministre des Affaires étrangères, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, la Kényane Amina Mohamed, la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi et l’Équato-Guinéen Agapito Mba Mokuy ont multiplié les apartés.

Ce dernier, appuyé par son président, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a cherché à s’attirer les faveurs du chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé, tandis que son adversaire tchadien faisait circuler un courrier présentant son profil. Le Sénégalais Abdoulaye Bathily s’était, lui, muni d’une plaquette de quatre pages détaillant sa « vision programmatique ».

L’ancien représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique centrale y plaide pour « le renouveau de l’héritage panafricain » et pour « des solutions africaines aux problèmes africains ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte