Sport

Football : dans les coulisses de la démission de l’entraîneur de l’équipe d’Algérie Milovan Rajevac

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Milovan Rajevac à Johannesburg le 2 juillet 2010.

Milovan Rajevac à Johannesburg le 2 juillet 2010. © Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Nommé à la fin de juin, l’entraîneur serbe Milovan Rajevac (62 ans) a démissionné après le match nul (1-1) que l’Algérie a concédé face au Cameroun, le 9 octobre à Blida, en qualifications pour la Coupe du monde 2018.

Selon Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération algérienne de football (FAF), les joueurs, dont Sofiane Feghouli, présenté par la presse locale comme un des meneurs de la fronde, « n’y sont pour rien ».

Un membre de la délégation camerounaise, présent à Blida, met en doute cette version : « J’ai entendu des joueurs algériens critiquer leur coach en rentrant au vestiaire. Quatre d’entre eux discutaient dans un coin. Rajevac a voulu les féliciter. Il a posé la main sur l’épaule de l’un d’eux, qui l’a sèchement repoussée. On entendait crier derrière la porte, au point que Rajevac est sorti. Les joueurs ont eu sa tête, c’est évident. »

Un avis partagé par un entraîneur algérien : « Ils ne bronchent pas devant Raouraoua. S’ils ont poussé Rajevac à la démission, c’est que ça arrangeait la FAF et son président… »

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer