Agroalimentaire

Coton : la Compagnie ivoirienne de développement des textiles cédée en urgence ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 octobre 2019 à 19h26
Vue de l’usine de la CIDT, à Bouaké, le 7 Janvier 2014.

Vue de l'usine de la CIDT, à Bouaké, le 7 Janvier 2014. © Émilie Régnier pour Jeune Afrique.

Le gouvernement ivoirien a décidé le 19 octobre de changer radicalement de stratégie dans le processus de privatisation de la Compagnie ivoirienne de développement des textiles (CIDT), détenue à 100 % par l’État.

Selon nos informations, le Comité de privatisation présidé par Christian Koffi va céder, avant le 15 novembre, 70 % des parts à un privé, qui devra payer 13,9 milliards de F CFA (21,2 millions d’euros) au titre de la dette contractée par la CIDT auprès de l’établissement panafricain Afreximbank et financer à hauteur de 7 milliards de F CFA la campagne cotonnière.

Un candidat aurait déjà été retenu : l’Union industrielle textile de Côte d’Ivoire (Utexi). Comme les autres professionnels du textile, ce dernier regrette en effet de ne pas pouvoir s’approvisionner en coton ivoirien, vendu sur le marché international. La reprise de la CIDT offrirait à ce titre un début de solution.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte