Justice

Burkina Faso : le testament d’Étienne Zongo

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 20 octobre 2016 à 10h27
Étienne Zongo, le 6 octobre 2012.

Étienne Zongo, le 6 octobre 2012. © Baudouin Mouanda pour JA

Avant de mourir à Accra le 3 octobre, Étienne Zongo, l’ancien aide de camp de Thomas Sankara, qui vivait en exil depuis vingt-sept ans, avait pris soin de laisser un témoignage écrit.

Considéré comme un témoin clé dans le procès à venir sur l’assassinat, le 15 octobre 1987, de Sankara et de douze de ses camarades, il avait entrepris de rédiger ses Mémoires et de recueillir des documents de l’époque.

Il les avait confiés à des proches, installés au Ghana et au Burkina, qui pourraient les publier prochainement.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte