Banque

Finance : coup dur pour Afriland First Group

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Paul Kammogne Fokam, Président de l’Afriland First Bank

Paul Kammogne Fokam, Président de l’Afriland First Bank © Bruno Levy THEAFRICACEOFORUM2012

Le holding bancaire installé en Suisse, dirigé par le Camerounais Paul Kammogne Fokam, s’est désengagé de Zambie en cédant à des investisseurs d’origine américaine les 90 % de parts qu’il détenait depuis 2010 dans First Bank Zambie.

Ce retrait est lié à la décision prise par la Banque centrale zambienne de relever de 2,4 millions à 20 millions de dollars (de 2,2 à 18,1 millions d’euros) le capital minimum des établissements à capitaux majoritairement nationaux, et à 100 millions de dollars celui des banques étrangères : la mise en œuvre aurait été trop coûteuse pour Afriland. « Une cession similaire pourrait intervenir au cours des prochaines semaines dans un pays d’Afrique centrale », a également appris JA d’une source interne.

Sans confirmer, une autre source souligne les fortes difficultés que connaît la filiale équato-guinéenne, la plus grande du groupe, dans un contexte économique local très compliqué – en 2015, les revenus de CCEI Bank ont ainsi été divisés par deux.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte